Yémen : une délégation de l’ONU visite la ville portuaire de Hodeïda ravagée par la guerre

23 novembre 2018

Une délégation des Nations Unies conduite par l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Martin Griffiths, a effectué vendredi une visite dans la ville portuaire de Hodeïda, ravagée par des combats entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales soutenues par une coalition menée par l’Arabie saoudite.

Accompagné par la Coordinatrice humanitaire des Nations Unies au Yémen, Lise Grande, et le Directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) dans ce pays, Stephen Anderson, M. Griffiths a expliqué que la délégation était venue pour voir comment aider à tenir l’engagement international de protéger la population de Hodeïda de souffrances supplémentaires.

« Je me félicite des récents appels à l'arrêt des combats à Hodeïda. C’est une étape essentielle si nous voulons protéger la vie des civils et renforcer la confiance entre les parties. Comme vous le savez, je prévois et espère réunir très prochainement les parties prenantes en Suède pour des consultations politiques », a dit M. Griffiths dans une déclaration à la presse.

L’Envoyé spécial a rencontré jeudi dans la capitale Sana’a les dirigeants d’Ansarallah (houthis) avec qui il a discuté de la façon dont l'ONU pourrait contribuer à maintenir la paix à Hodeïda.

« Nous sommes convenus que l'ONU devrait maintenant mener activement et de manière urgente des négociations détaillées pour un rôle de premier plan dans le port et plus largement. Nous pensons qu'un tel rôle préservera le canal humanitaire indispensable qui commence ici et sert la population du Yémen. Nous espérons que cela contribuera également aux efforts internationaux visant à accroître la capacité et l'efficacité des opérations portuaires », a-t-il ajouté.

 Un agent de santé examine un enfant traité pour une malnutrition aiguë sévère à l'hôpital Al Thawra de Hudaydah, au Yémen. 31 octobre 2018.
© UNICEF/Ahmed Abdulhaleem
Un agent de santé examine un enfant traité pour une malnutrition aiguë sévère à l'hôpital Al Thawra de Hudaydah, au Yémen. 31 octobre 2018.

 

Jeudi, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, et la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, se sont félicités dans un communiqué conjoint de la récente désescalade des combats à Hodeïda.

« Nous exhortons toutes les parties à la maintenir », ont-ils dit. « En même temps, nous restons profondément préoccupés par la sécurité et la protection des civils et des infrastructures civiles. Les hostilités qui ont eu lieu à Hodeïda au cours des dernières semaines ont eu de lourdes conséquences, notamment sur les installations sanitaires directement endommagées par des tirs croisés ou occupées par des groupes armés ». Ils se sont dits particulièrement inquiets de l’état de l’hôpital Al Thawra.

Deuxième opération de distribution de vivres par le PAM

De son côté, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a achevé, ce vendredi à Hodeïda, sa deuxième opération de distribution de vivres. 30.000 paniers de nourriture ont été ainsi fournis à 180.000 personnes. « Chaque panier contient assez pour nourrir une famille de six personnes pendant un mois - dans la ville portuaire de Hodeïda, au Yémen », a indiqué le porte-parole du PAM à Genève.

Ces paniers de nourriture sont une véritable bouffée d’oxygène et ont l’avantage supplémentaire d’aider les familles à éviter de voyager plus que nécessaire pour trouver de la nourriture, « limitant leurs propres risques pour la sécurité ».

Selon Hervé Verhoosel, le PAM a pu venir en aide en septembre dernier à 36.000 familles.

En raison des affrontements fréquents, le PAM a également pré-positionné dans la ville de la farine, des légumineuses et de l’huile pour couvrir les besoins de 240.000 personnes. L’agence onusienne a aussi prépositionné des rations pouvant servir dans le cadre d’une intervention immédiate pour 90.000 personnes. Ces rations contiennent suffisamment de boîtes de conserve pour couvrir les besoins de 15.000 familles par semaine.

Dans l’ensemble du pays, le PAM fournit actuellement des coupons alimentaires à 8 millions de Yéménites, et travaille sur un plan visant à augmenter ce nombre conformément à l’évaluation du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) réalisée en octobre et qui sera publiée en début décembre. Cette enquête permettra de donner une cartographie beaucoup plus précise de l’insécurité alimentaire au Yémen.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.