Yémen : le PAM intensifie son aide humanitaire et appelle à la fin des combats

15 novembre 2018

Le chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a appelé jeudi à mettre fin aux combats au Yémen, théâtre de la pire crise humanitaire au monde.

« Ce dont le Yémen a besoin, c'est de la paix », a déclaré David Beasley, le Directeur exécutif du PAM, dans un communiqué publié par l’agence onusienne. « Ce n’est qu’alors qu’il sera possible de relancer l’économie, de maîtriser la monnaie et de commencer à payer les salaires de la population, afin que les gens puissent acheter de la nourriture et autres produits de première nécessité ».

Face à l’augmentation rapide des chiffres de la faim au Yémen, le PAM s'apprête à intensifier ses activités pour fournir une assistance sous forme de nourriture et de transferts d’espèces à 12 millions de personnes, dont la vie a été ravagée par le conflit. L’agence humanitaire onusienne fournit déjà une assistance alimentaire chaque mois à 7-8 millions de personnes.

« Des enfants qui ne sont guère plus que de la peau et des os »

Au Yémen, le chef du PAM a particulièrement été touché par la détresse des civils.

« Mon cœur s’est brisé avec ce que j'ai vu à l'hôpital de Hodeïda », a déclaré M. Beasley. « Les enfants, tellement mal nourris qu’ils ne sont guère plus que de la peau et des os, sont allongés là, avec à peine la force de respirer ».

Le Directeur exécutif a exhorté toutes les parties belligérantes à mettre fin à cette « guerre épouvantable ». « Laissez les enfants vivre et que les gens puissent commencer à reconstruire leurs vies ».

David Beasley doit participer vendredi après-midi à une réunion du Conseil de sécurité sur le Yémen.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : le PAM poursuit ses opérations malgré les combats

Alors que des combats font toujours rage dans la ville portuaire de Hodeïda, au Yémen, les organismes humanitaires redoutent les conséquences sur le fonctionnement du port, point d'entrée des importations et de l'aide humanitaire internationale, dans un pays menacé par la famine.