Des centaines de milliers de vies sont en jeu à Hodeïda au Yémen (ONU)

13 septembre 2018

La situation à Hodeïda, au Yémen, s'est considérablement détériorée ces derniers jours et les familles sont absolument terrifiées par les bombardements, les pilonnages et les frappes aériennes, a prévenu jeudi la Coordinatrice humanitaire de l’ONU pour le pays, Lise Grande.

« Des centaines de milliers de vies sont en jeu à Hodeïda », a averti dans un communiqué la Coordinatrice, soulignant que plus de 25% des enfants souffrent de malnutrition, 900.000 personnes cherchent désespérément à se nourrir et 90.000 femmes enceintes courent un risque énorme.

« Les gens luttent pour survivre », a affirmé Mme Grande. « Les familles ont besoin de tout : nourriture, argent, soins de santé, eau, assainissement, fournitures d'urgence, soutien spécialisé et beaucoup ont besoin d'un abri. C'est déchirant de voir autant de gens qui ont besoin de tant de choses ».

Le port de Hodeïda joue un rôle crucial pour des millions de personnes qui dépendent de l'assistance au Yémen. Près de 70% de toute l'aide humanitaire et presque tous les stocks alimentaires commerciaux du nord du Yémen entrent par les ports de Hodeïda et de Saleef, juste au nord de Hodeïda.

© UNICEF
Hodeïda, Yémen, juin 2018 : une femme et ses enfants attendent une distribution de produits humanitaires d'urgence soutenus par l'UNICEF

Un coût humain injustifiable

« Tant de choses ont déjà été détruites. Rien qu'au cours des six dernières semaines, des maisons, des fermes, du bétail, des entreprises, des routes, une installation d'eau et un moulin à farine ont été touchés », a dit Mme Grande.

Depuis le début des combats, à la mi-juin, les partenaires humanitaires ont fourni une aide d’urgence à 366.000 personnes dans le gouvernorat de Hodeïda, 116.000 personnes ont reçu des subventions en espèces et 152.000 ont reçu des fournitures d'urgence et des abris. Début août, durant quatre jours de calme, les humanitaires ont vacciné 380.000 personnes contre le choléra.

« Le coût humain et l'impact humanitaire de ce conflit sont injustifiables », a déclaré Mme Grande. « Les parties au conflit sont obligées de faire tout ce qui est possible pour protéger les civils et les infrastructures civiles et veiller à ce que les populations aient accès à l'aide à laquelle elles ont droit et dont elles ont besoin pour survivre ».

Le Yémen est la pire crise humanitaire au monde. Vingt-deux millions de personnes, soit 75% de la population, ont besoin d’une forme d’assistance humanitaire et de protection, dont 8,4 millions qui ne savent pas d’où viendra leur prochain repas. Les Nations Unies et ses partenaires ont demandé 3 milliards de dollars dans le cadre du Plan d'intervention humanitaire de 2018 pour soutenir des millions de personnes dans le besoin à travers le pays.  À ce jour, 1,92 milliard de dollars, soit 65% des ressources nécessaires, ont été reçues.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Yémen, le degré de confiance est au plus bas et les coûts humain et humanitaire ne cessent de croître (ONU)

À la suite des consultations de paix qu’il a convoquées la semaine dernière à Genève, l’Envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a indiqué au Conseil de sécurité qu’il ne s’attendait pas à ce que ce soit « une mission aisée ».