Rohingyas : un accord avec le Myanmar sur les conditions de retour des réfugiés devrait être signé la semaine prochaine

1 juin 2018

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et le PNUD, le Programme des Nations Unies pour le développement ont conclu avec le Gouvernement de la République de l’Union du Myanmar, à Nay Pyi Taw, un mémorandum d’accord tripartite. Le texte devrait être signé dans le courant de la semaine prochaine, la date exacte restant à confirmer. 

Ce mémorandum tripartite établira un cadre de coopération visant à créer les conditions propices au retour librement consenti, sûr, digne et durable des réfugiés rohingyas vers leur localité d’origine ou le lieu de leur choix. Les conditions n’étant actuellement pas encore propices à un retour librement consenti, ce mémorandum d’accord est la première étape nécessaire pour soutenir les efforts du Gouvernement en vue de modifier cette situation, et vise également à appuyer le développement fondé sur le redressement et la résilience, dans l’intérêt de toutes les communautés vivant dans l’État de Rakhine. 

L’accord fournira un cadre de travail permettant au HCR et au PNUD d’avoir accès à l’État de Rakhine, notamment aux localités d’origine des réfugiés et aux régions d’un éventuel retour, ce qui n’avait plus été accordé depuis le début des violences en août 2017.

Cet accès, lorsqu’il sera effectif, permettra au HCR d’évaluer les conditions sur le terrain et de mettre en œuvre des mesures en matière de protection. Cela permettra aussi au HCR de fournir aux réfugiés des informations indépendantes au sujet de la situation dans leur localité d’origine, en les aidant à prendre des décisions en toute connaissance de cause et à déterminer si les conditions leur permettent le retour en sécurité et dans la dignité. 

Le mémorandum permettra également aux deux agences des Nations Unies de procéder à des évaluations des besoins dans les communautés touchées et à renforcer la capacité des autorités locales à appuyer le processus de retour volontaire. Le protocole d’accord, une fois signé, confirmera l’engagement du Gouvernement du Myanmar à travailler avec le HCR et avec le PNUD en vue de trouver une solution pour la population rohingya, conformément aux recommandations de la Commission consultative sur l’État de Rakhine. Les recommandations comprennent l’ouverture d’une voie claire et volontaire vers la citoyenneté, et la garantie de la liberté de mouvement pour tous dans l’État de Rakhine, indépendamment de leur religion, de leur appartenance ethnique ou de leur qualité de citoyen. Les programmes de développement destinés à appuyer des moyens de subsistance et la cohésion sociale profiteront à toutes les communautés.

La signature du mémorandum d’accord fait partie intégrante d’une approche globale menée par le HCR et le PNUD en vue de trouver des solutions pour les réfugiés rohingyas, et destinée à soutenir la transition vers un avenir pacifique, juste et prospère pour tous les habitants de Rakhine. Le 13 avril 2018, le Gouvernement du Bangladesh et le HCR ont également signé un mémorandum d’accord relatif aux retours volontaires de réfugiés rohingyas, lorsque les conditions au Myanmar leur seront propices.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Myanmar : le Conseil de sécurité se rend dans l’Etat de Rakhine, au centre de la crise des Rohingyas

En visite au Myanmar, une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU s’est rendue mardi dans l’Etat de Rakhine, qui se trouve au centre de la crise de la minorité rohingya.