Manifestations à Gaza et en Cisjordanie : l’ONU appelle à la plus grande retenue de tous

14 mai 2018

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’est dit lundi profondément alarmé par l'escalade brutale de la violence dans le territoire palestinien occupé et par le nombre élevé de Palestiniens tués et blessés lors des manifestations à Gaza.

« Je suis particulièrement inquiet aujourd'hui avec les nouvelles sur ce qui se passe à Gaza, avec déjà un nombre élevé de personnes tuées », a déclaré M. Guterres à Vienne lors d’un point de presse aux côtés du Chancelier autrichien, Sebastian Kurz.

Dans une déclaration à la presse, le porte-parole du chef de l’ONU a souligné que « les forces de sécurité israéliennes doivent faire preuve de la plus grande retenue dans l'utilisation des tirs réels. Le Hamas et les dirigeants des manifestations ont la responsabilité de prévenir toutes les actions violentes et les provocations ».

Alors que les tensions sont élevées et que davantage de manifestations sont attendues dans les prochains jours, « il est impératif que tout le monde fasse preuve de la plus grande retenue pour éviter de nouvelles pertes en vies humaines, notamment en veillant à ne pas mettre en danger tous les civils et en particulier les enfants », a dit le porte-parole.

« La violence actuelle souligne le besoin urgent d'une solution politique. Le Secrétaire général réitère qu'il n'y a pas d'alternative viable à la solution des deux États, la Palestine et Israël vivant côte à côte en paix, chacun avec sa capitale à Jérusalem », a souligné son porte-parole.

Les responsables de violations des droits humains doivent rendre des comptes

Pour le chef des droits de l’homme de l’ONU, Zeid Ra’ad Al Hussein, « il faut que cesse maintenant le massacre choquant de dizaines de personnes et le fait que des centaines de personnes ont été blessées par des tirs israéliens à balle réelle à Gaza ».

« Le droit à la vie doit être respecté », a déclaré M. Zeid dans un tweet publié par le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. « Les responsables de violations flagrantes des droits de l'homme doivent rendre des comptes. La communauté internationale doit assurer la justice pour les victimes », a ajouté le Haut-Commissaire.

De son côté, le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale s’est déclaré lundi alarmé par « l’usage disproportionné de la force par les forces de sécurité israéliennes contre des manifestants palestiniens » et a appelé Israël à y mettre fin immédiatement.

Le Comité, qui est composé d’experts indépendants des droits de l’homme, a également demandé à Israël d’initier une enquête indépendante et impartiale sur l’usage de la force contre les manifestants palestiniens.

Photo : UNICEF/D'Aki
Un enfant palestinien blessé à Gaza. (archives)

Appel à protéger les enfants

Dans le contexte des manifestations qui se déroulent à Gaza et en Cisjordanie, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour le Territoire palestinien occupé, Jamie McGoldrick, a appelé lundi à protéger les Palestiniens, en particulier les enfants et les professionnels de la santé.

« Dans un contexte de tensions élevées à Gaza et en Cisjordanie cette semaine, il est crucial que tous les efforts soient déployés pour éviter toute nouvelle détérioration et que la réponse des forces de sécurité israéliennes aux manifestants palestiniens soit conforme aux obligations internationales », a déclaré M. McGoldrick dans un communiqué de presse. « Les enfants, en particulier, devraient être protégés. Dans la mesure du possible, ils ne devraient pas être la cible de violences et devraient être tenus à l'écart des situations potentiellement violentes ».

Le Coordonnateur humanitaire a également appelé les manifestants à éviter les actes empêchant le fonctionnement du principal point d'entrée des marchandises humanitaires dans la bande de Gaza.

Alors que les hôpitaux signalent que les fournitures médicales essentielles, les médicaments et l'équipement ont déjà été épuisés, le porte-parole du Secrétaire général a souligné que le financement humanitaire et l'amélioration de l'accès sont urgents pour répondre aux besoins existants ou émergents.

M. McGoldrick a aussi souligné que le manque de protection des agents de santé intervenant auprès des blessés était une source croissante de préoccupation. Entre le 30 mars et le 4 mai, au moins 169 membres du personnel de santé ont été blessés et 18 ambulances endommagées dans la bande de Gaza.

« Il est inconcevable que les secouristes manquent d'équipement de protection et risquent leur propre vie pour fournir les premiers soins aux blessés », a déclaré le Coordonnateur humanitaire. « Les agents de santé doivent être protégés en tout temps et le droit à la santé respecté ».

Après des dégâts considérables au point de passage de Kerem Shalom, causés par des centaines de manifestants qui ont pris d'assaut le côté palestinien de l'installation le 11 mars, M. McGoldrick a rappelé que les opérations humanitaires dépendent de ce point de passage pour faire venir de l'aide à Gaza. « J'appelle les manifestants à éviter les actions qui affectent négativement le fonctionnement du principal point d'entrée de Gaza pour les biens humanitaires et les autorités compétentes à réparer rapidement tout dommage », a-t-il dit.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Gaza, la détérioration de la situation humanitaire compromet l’éducation des enfants (OCHA)

Dans la bande de Gaza, les onze années de blocus, les conflits récurrents et l’absence concrète de réconciliation inter-palestinienne affectent le bien-être psychosocial des enfants et de leurs enseignants, a alerté jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).