Yémen : l’ONU condamne des frappes aériennes meurtrières à Hajjah et Taëz

23 avril 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a fermement condamné lundi des frappes aériennes sur un mariage à Hajjah et des véhicules civils à Taëz, au Yémen, qui auraient causé la mort d’au moins 50 civils, y compris des enfants, et blessé des dizaines d'autres personnes.

« Le Secrétaire général exprime ses plus sincères condoléances aux familles et amis des victimes », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire en matière de protection des civils et des infrastructures civiles en période de conflit armé. Il appelle à une enquête rapide, efficace et transparente », a-t-il ajouté.

Dimanche, le chef de l’ONU avait condamné le meurtre d'un travailleur humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans le gouvernorat de Taëz. Alors qu'il était en route pour une visite de prison, le véhicule du CICR dans lequel il se trouvait a été attaqué par des hommes armés inconnus.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : le chef de l’ONU condamne le meurtre d’un travailleur humanitaire du CICR

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné le meurtre d'un travailleur humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) samedi dans le gouvernorat de Taëz, au Yémen.