Ban Ki-moon souhaite une approche intégrée au développement durable

Le Président d'Afrique du Sud, Jacob Zuma, et la Présidente de Finlande, Tarja Halonen, président le Groupe de haut niveau sur la croissance durable.  Photo ONU/E. Schneider/E. Debebe
Le Président d'Afrique du Sud, Jacob Zuma, et la Présidente de Finlande, Tarja Halonen, président le Groupe de haut niveau sur la croissance durable. Photo ONU/E. Schneider/E. Debebe

Ban Ki-moon souhaite une approche intégrée au développement durable

Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exhorté vendredi les gouvernements à envisager l'instauration d'un nouveau dispositif en matière de développement durable qui intègre les dimensions environnementales, sociales et économiques. Il a insisté sur la nécessité de mobiliser le soutien du grand public pour une approche qui garantit le bien-être des humains tout en préservant la planète pour les générations futures.

Lors de la présentation d'un rapport préparé par son Groupe de haut-niveau sur la croissance durable au cours d'une séance de l'Assemblée générale de l'ONU, M. Ban a indiqué que les recommandations des auteurs du rapport concernaient trois domaines : autonomiser les gens pour leur donner la possibilité de faire des choix durables, progresser vers une économie durable et renforcer la gouvernance institutionnelle.

« La vision du Groupe de haut-niveau est l'éradication de la pauvreté et la réduction des inégalités, la croissance inclusive ainsi qu'une production et une consommation plus durables, tout en combattant les changements climatiques », a expliqué le Secrétaire général.

Le Groupe de haut-niveau composé de 22 membres qui a été mis en place par M. Ban en août 2010 avec pour mission de formuler un plan pour un développement durable et une prospérité faible consommatrice de carbone, est co-présidé par l'ancienne Présidente de la Finlande, Tarja Halonen, et le Président de l'Afrique du Sud, Jacob Zuma.

Le rapport final du groupe intitulé « populations résilientes, planète résiliente : un avenir qui vaut d'être vécu » contient 56 recommandations pour mettre en œuvre le développement durable et faire en sorte qu'il fasse partie des politiques économiques au plus vite.

M. Ban a noté que certaines recommandations qui peuvent être mises en œuvre tout de suite devraient figurer dans le document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) qui aura lieu cet été au Brésil.