Timor-Leste : l'ONU salue les progrès réalisés pour renforcer la stabilité

La Représentante spécial Ameerah Haq.
La Représentante spécial Ameerah Haq.

Timor-Leste : l'ONU salue les progrès réalisés pour renforcer la stabilité

Au cours d'un débat du Conseil de sécurité consacré à la situation au Timor-Leste, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU dans ce pays, Ameerah Haq, a noté mercredi que de grands progrès avaient été faits au Timor-Leste pour renforcer la paix et la stabilité et que les préparatifs pour les élections présidentielles et législatives avançaient sans encombres.

Mme Haq a expliqué au Conseil que 13 candidats se présenteront aux élections présidentielles prévues pour le 17 mars, dont deux femmes. « 2012 est une année importante pour le Timor-Leste avec plusieurs anniversaires dont celui de la dixième année depuis que le pays a retrouvé son indépendance », a-t-elle déclaré.

Après les élections du mois de mars, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon consultera le nouveau gouvernement du pays pour discuter du retrait de la Mission des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT) qui est prévu pour la fin de l'année 2012 et de la présence de l'ONU à l'avenir.

Mme Haq a expliqué au Conseil de sécurité que les institutions de gestion électorales s'efforçaient d'assurer la transparence et l'équité du scrutin et qu'au fur et à mesure que les capacités nationales ont été renforcées, le soutien de l'ONU a diminué.

« Cependant, l'ONU continue de fournir une assistance technique intégrée grâce à l'équipe conjointe de soutien électoral de la MINUT et du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) », a précisé Mme Haq.

La Représentante spéciale s'est félicité que les candidats à l'élection présidentielle et les partis politiques aient émis des messages constructifs sur la nécessité d'avoir des élections qui se déroulent dans le calme et elle a indiqué que ces messages étaient importants pour assurer la stabilité politique.

Le Président sortant du Timor-Leste José Ramos-Horta, qui s'est également adressé au Conseil de sécurité a dit que la situation politique dans son pays a été « remarquablement affranchie de tensions » au cours des dernières années.

« Notre société est ouverte. La transparence de notre vie publique est le fruit d'un processus que nous souhaitons approfondir et promouvoir avec l'aide de la communauté internationale », a-t-il déclaré.