Afghanistan : l'ONU s'attend à des mesures après la profanation du Coran

Jan Kubis, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Afghanistan.
Fardin Waezi
Jan Kubis, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Afghanistan.

Afghanistan : l'ONU s'attend à des mesures après la profanation du Coran

Un haut responsable de l'ONU s'est dit persuadé que la force militaire dirigée par l'OTAN en Afghanistan prendrait les mesures appropriées afin que les responsables de la profanation d'exemplaires du Coran sur la base américaine de Bagram rendent des comptes.

Selon la presse, des exemplaires du Coran auraient été brûlés dans la nuit de lundi à mardi sur la plus grande base américaine du pays, à Bagram, à 60 km au nord de Kaboul. Le commandant en chef de la force internationale, le général John Allen, a présenté ses excuses et une enquête est en cours.

A la suite de cet incident, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Jan Kubis, a rencontré mardi le Président du Conseil des Oulémas d'Afghanistan, Maulawi Qiyamuddin Kashaaf.

M. Kubis, qui est également le chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), s'est dit persuadé que la force internationale « conclurait rapidement l'enquête, prendrait des mesures appropriées dès que possible et agirait rapidement pour que les gens derrière cet incident rendent des comptes », a dit la MANUA dans une déclaration.

Il a aussi souligné que l'ONU respectait profondément la foi, les traditions et la culture islamiques d'Afghanistan et qu'il partageait les préoccupations du peuple afghan concernant cette « triste erreur ».

Selon la presse, au moins cinq manifestants sont morts et une trentaine ont été blessés par balle mercredi dans des émeutes en Afghanistan, à la suite de cette profanation. Dès mardi matin, une manifestation aux portes de Bagram avait rassemblé plusieurs milliers de personnes.