Côte d'Ivoire : l'ONU inquiète de la couverture médiatique du scrutin partiel

Le Représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, Bert Koenders.
Le Représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, Bert Koenders.

Côte d'Ivoire : l'ONU inquiète de la couverture médiatique du scrutin partiel

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire, Bert Koenders, a déploré mercredi le déséquilibre dans la couverture médiatique des activités des candidats, cinq jours après l'ouverture de la campagne électorale pour les élections législatives partielles du 26 février 2012.

« Le traitement observé contraste avec le professionnalisme ayant prévalu lors de la campagne pour le scrutin législatif du 11 décembre 2011 », a souligné l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) dans un communiqué de presse.

L'ONUCI a appelé les médias concernés à un meilleur équilibre dans la couverture de la campagne électorale et à se conformer à la législation en vigueur dans ce domaine, notamment les lois sur le régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle et aux dispositions du code électoral.

L'ONUCI a invité vivement « les organes de régulation à maintenir leur vigilance pour prévenir toute violation de leurs décisions en la matière ».

Vendredi, Bert Koenders avait annoncé qu'il avait procédé à la certification partielle des élections législatives du 11 décembre 2011. Sur 205 circonscriptions, les résultats ont été validés dans 193 circonscriptions. Le scrutin n'a pas pu se dérouler dans une circonscription en raison du décès d'un candidat et les résultats ont été annulés dans 11 circonscriptions par le Conseil constitutionnel.