Afrique : réunion à Addis Abeba sur les femmes et le développement

Afrique : réunion à Addis Abeba sur les femmes et le développement

media:entermedia_image:eaccf943-520f-49db-aeeb-97f985d22076
La 7ème session du Comité sur les femmes et le développement de la Commission économique pour l'Afrique de l'ONU (CEA) a débuté mardi à Addis-Abeba, en Ethiopie, sur le thème « Réduire les écarts, maximiser les opportunités : au-delà de Beijing +15 ».

Cette session, qui doit durer quatre jours, réunit une centaine de participants pour discuter des progrès déjà effectués, des problèmes rencontrés et penser des stratégies nécessaires en matière d'égalité des genres et d'avancement des femmes.

« La tâche qui nous attend est ambitieuse étant donné le nombre de problèmes couverts par la Déclaration de Banjul et l'urgence qu'il y a à atteindre les objectifs du Programme d'action de Beijing et du Millénaire pour le développement », a déclaré la Secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique pour l'Afrique, Jennifer Kargbo, à l'ouverture de la session.

La Déclaration du Programme d'action de Beijing a été adoptée en 1995 avec l'ambition de faire progresser l'égalité entre les sexes dans le monde entier, tandis que la Déclaration de Banjul vise à éradiquer les violences faites aux femmes.

Jennifer Kargbo a par ailleurs souligné qu'au cours des dernières années, malgré les défis restants et même certaines régressions, l'une des remarquables réussites avait été d'augmenter la représentation et la participation des femmes dans tous les secteurs décisionnels. « Le Rwanda est en tête avec 56% de femmes parlementaires, suivi de l'Afrique du Sud et du Mozambique avec plus de 30% », a-t-elle expliqué.

Le chef du bureau du Comité sur les femmes et le développement en Gambie, Kajali Sonko, a par ailleurs souligné qu'une autre étape importante venait d'être franchie sur la voie de l'égalité des sexes avec la création d'une nouvelle entité des Nations Unies, pour l'égalité des sexes et l'autonomisation de la femme, nommée ONU-Femmes. « Cette nouvelle entité arrive au moment le plus crucial du processus des Objectifs du Millénaire pour le développement », a-t-il déclaré.

La représentante de l'ONU-Femmes auprès de la Commission de l'Union africaine, Florence Butegwa, et la CEA ont souligné que cette session était importante « non seulement pour la CEA mais pour tous les membres de la famille des Nations Unies qui doivent supporter les efforts des pays dans la mise en place des engagements internationaux en matière d'égalité des genres et d'avancement des femmes ».