L'ONU exhorte le Kirghizistan à poursuivre les auteurs des violences de 2010

L'ONU exhorte le Kirghizistan à poursuivre les auteurs des violences de 2010

media:entermedia_image:d57cf395-1c5d-4a93-bef0-e38dc591dcb2
La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a salué mercredi le rapport qui vient d'être publié par une commission d'enquête internationale sur les violences interethniques qui ont coûté la vie à 470 personnes en juin 2010 au Kirghizistan et a exhorté le gouvernement kirghize à suivre les recommandations du rapport qui appelle à effectuer des enquêtes complémentaires et engager des poursuites.

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a salué mercredi le rapport qui vient d'être publié par une commission d'enquête internationale sur les violences interethniques qui ont coûté la vie à 470 personnes en juin 2010 au Kirghizistan et a exhorté le gouvernement kirghize à suivre les recommandations du rapport qui appelle à effectuer des enquêtes complémentaires et engager des poursuites.

« Ce rapport devrait donner un élan considérable aux efforts du Kirghizstan pour lutter contre les problèmes d'impunité et répondre aux questions de responsabilité après la guerre interethnique dans la partie sud du pays l'été dernier », a déclaré Mme Pillay, après que la commission d'enquête dirigée par l'ancien parlementaire finlandais, le Dr Kimmo Kiljunen, a publié son rapport détaillé mardi. « Il ne peut y avoir de réconciliation durable sans justice, et je crois que ce rapport trace une voie viable pour atteindre les deux. »

La Haut Commissaire a félicité la Présidente kirghize Roza Otunbaeva pour avoir lancé cette commission d'enquête. Elle a pris note des observations détaillées du gouvernement concernant le rapport et souhaité qu'il agisse « rapidement et fermement » pour mener à bien les recommandations du rapport.

« C'est la première fois qu'une commission d'enquête internationale a été établie dans un État d'Asie centrale », a déclaré Mme Pillay. « Elle a obtenu un accès sans entrave pour mener à bien ses travaux. Il est important que le gouvernement, tant au niveau national et local, réalise l'essentiel du suivi dans le même esprit. Etant donné la nature du travail à faire, à savoir établir la responsabilité pénale individuelle, il faudra du courage et de la détermination. »

Le rapport décrit comment, en plus des 470 personnes qui sont mortes, quelque 1.900 autres ont été blessées, plus de 400.000 déplacées et un nombre indéterminé de femmes ont été victimes de violences sexuelles au milieu des pillages et destructions de biens. Le document note que la majorité des victimes étaient des personnes d'ethnie ouzbèke, mais que des personnes d'ethnie kirghize ont également subi des pertes très importantes.

Mme Pillay a salué l'annonce du gouvernement qui a l'intention de mettre en place une commission spéciale pour surveiller la mise en œuvre des recommandations contenues dans le rapport de la commission d'enquête et d'autres rapports sur les événements de juin 2010 ainsi que la récente décision prise par le Procureur général d'enquêter sur tous les allégations de torture, une pratique qui se poursuit aujourd'hui au Kirghizistan.

La Haut Commissaire a indiqué qu'elle était prête à aider le gouvernement de diverses manières à travers son bureau régional dans la capitale Bichkek et en étroite coopération avec des partenaires internationaux et régionaux. Il s'agit notamment de reconstruire et de renforcer les institutions chargées de l'état de droit et de rendre l'état de droit plus accessible, équitable et efficace pour assurer la promotion et la protection des droits de l'homme, ainsi que pour permettre le développement d'une société tolérante et inclusive.