Ban Ki-moon demande au Président syrien de cesser la répression

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.
ONU/Mark Garten
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Ban Ki-moon demande au Président syrien de cesser la répression

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a eu mercredi une conversation téléphonique avec le Président de la Syrie, Bachar Al-Assad, au cours de laquelle il a réitéré son appel à la fin immédiate de la répression contre les manifestants pacifiques, a indiqué son porte-parole.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a eu mercredi une conversation téléphonique avec le Président de la Syrie, Bachar Al-Assad, au cours de laquelle il a réitéré son appel à la fin immédiate de la répression contre les manifestants pacifiques, a indiqué son porte-parole.

« Le Secrétaire général a réitéré ses appels à cesser immédiatement la violence et les arrestations de manifestants pacifiques en Syrie et à l'ouverture d'une enquête indépendante sur tous les meurtres qui ont été commis lors des manifestations, dont le meurtre présumé de militaires et d'officiers de sécurité », a précisé le porte-parole.

Lors de sa conversation avec le Président syrien, Ban Ki-moon a noté la nécessité de respecter les droits de l'homme de la population.

Il a aussi encouragé Bachar Al-Assad à mettre en œuvre pleinement et rapidement toutes les réformes annoncées par le gouvernement syrien et a souligné l'importance d'engager un dialogue authentique et ouvert à tous ainsi qu'un processus de réformes.

« Le Secrétaire général a souligné qu'il fallait répondre aux besoins humanitaires de la population de manière urgente. Exprimant sa profonde préoccupation concernant les implications humanitaires des derniers développements dans un certain nombre de villes syriennes, il a appelé le Président Assad à octroyer immédiatement un accès aux Nations Unies pour évaluer les besoins humanitaires de la population civile touchée », a ajouté le porte-parole.

« Le Secrétaire général a été sensible au fait que le Président Assad à afficher sa volonté d'envisager une évaluation à Deraa », a-t-il encore dit.

La semaine dernière, dans un exposé devant le Conseil de sécurité de l'ONU, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, s'était inquiété de l'opération de l'armée syrienne contre Deraa, une des villes les plus en pointe dans le mouvement de contestation du régime du Président Assad.

Il avait ajouté que depuis mi-mars et le début des manifestations contre le régime, le nombre de manifestants tués par les forces de sécurité en Syrie approcherait les 400.