Libye : l'ONU s'alarme des conséquences du conflit sur les travailleurs migrants

Libye : l'ONU s'alarme des conséquences du conflit sur les travailleurs migrants

media:entermedia_image:8b9411da-82b4-47ec-9cab-c96f6baf7e20
Le Comité pour la protection des droits des travailleurs migrants, qui dépend du Haut commissariat aux droits de l'homme de l'ONU a exprimé mercredi sa profonde préoccupation devant les persécutions subies par les travailleurs migrants et leurs familles, en particulier ceux d'Afrique sub-saharienne, en Libye.

Il dénonce également les « interceptions dangereuses de migrants en mer et ou aux frontières terrestres ». Jugeant ces pratiques « inquiétantes », le Comité cite notamment en exemple la récente noyade de plus de deux cents migrants au large des côtes du sud de l'Italie, alors qu'ils tentaient de fuir la Libye.

« Nous sommes profondément préoccupés par la récurrence des violations du droit à la vie, par les actes de violences, y compris la violence sexuelle, ainsi que par les actes de discrimination et de détentions arbitraires à l'encontre des travailleurs migrants », indiquent les membres du Comité.

Ils se disent aussi « particulièrement préoccupés par la situation humanitaire de milliers de travailleurs migrants et de leurs familles qui sont sans abri ou séjournent dans des centres de transit surpeuplés, et manquent d'accès aux services de base comme l'eau potable, une alimentation adéquate et des services minimums de santé ».

Face à cette situation, le Comité d'experts onusiens appelle la communauté internationale à fournir une assistance, notamment économique et technique, aux travailleurs migrants et à leurs proches bloqués en Libye. Ils demandent aussi que toutes les mesures nécessaires soient prises pour veiller à ce que ceux qui ont fui la Libye soient « traités dans le respect de leur dignité et en conformité avec les droits de l'homme et le droit international humanitaire ».