Somalie : le Conseil de sécurité réitère son soutien au gouvernement de transition

Somalie : le Conseil de sécurité réitère son soutien au gouvernement de transition

media:entermedia_image:c633e607-938c-48c5-b3b4-ac804c2248a0
A l'issue d'une séance consacrée à la Somalie, les membres du Conseil de sécurité ont à nouveau fait part de leur préoccupation face à la persistance de l'instabilité et la détérioration de la situation humanitaire, tout en réaffirmant leur soutien à l'Accord de paix de Djibouti et leur appui total au Gouvernement fédéral de transition (GFT).

Dans une déclaration lue par la Présidence du Conseil occupée en janvier par la Bosnie, le Conseil de sécurité souligne « l'importance de la réconciliation, du dialogue et d'un processus politique inclusif ». Rappelant ensuite que l'Accord de Djibouti prévoit que la période de transition arrivera à son terme en août 2011, il réitère son soutien au travail du Représentant spécial de l'ONU pour ce pays, et ses efforts destinés à aider les Somaliens à préparer l'après-transition.

Les membres du Conseil réaffirment également « leur plein soutien à la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) » et saluent « l'engagement d'envoyer des troupes par les gouvernements du Burundi et l'Ouganda ». Ils appellent en revanche la communauté internationale « à fournir des ressources supplémentaires de soutien à l'AMISOM pour lui permettre de mieux remplir son mandat et d'atteindre ses effectifs autorisés de 12.000 soldats de la paix ». La déclaration du Conseil met aussi en avant « l'importance de l'assistance internationale pour former, équiper et renforcer les capacités des forces de sécurité somaliennes et d'autres institutions publiques ».

Pour conclure, les membres du Conseil de sécurité ont condamné « toutes les attaques contre le gouvernement fédéral de transition, l'AMISOM et la population civile par des groupes d'opposition armés, des combattants étrangers et leurs partisans ». Ils ont appelé aussi tous les groupes d'opposition « à cesser immédiatement les attaques, à déposer les armes, à renoncer à la violence et à se joindre aux efforts de réconciliation » en cours.