Soudan : Ban Ki-moon juge crucial de prévenir une escalade des violences à Abyei

Soudan : Ban Ki-moon juge crucial de prévenir une escalade des violences à Abyei

Une banderole sur le référendum d'autodétermination à Juba, la capitale du Sud-Soudan.
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré vendredi inquiet des tensions dans la région d'Abyei, au Soudan, au moment où se déroule le référendum d'autodétermination du Sud-Soudan, et a jugé crucial d'éviter une escalade des violences.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré vendredi inquiet des tensions dans la région d'Abyei, au Soudan, au moment où se déroule le référendum d'autodétermination du Sud-Soudan, et a jugé crucial d'éviter une escalade des violences.

Le référendum d'autodétermination a débuté dimanche et les opérations de vote doivent se poursuivre jusqu'au samedi 15 janvier. La zone d'Abyei, riche en pétrole, doit aussi choisir lors d'un référendum séparé si elle souhaite être rattachée au Nord ou au Sud-Soudan, mais la tenue du référendum qui devait être organisé à la même date a été retardée.

« Pour l'instant, le scrutin se déroule bien, sans incidents majeurs. La participation est forte et impressionnante. Je félicite les parties et les partenaires internationaux pour leurs efforts dans l'organisation de ce référendum », a déclaré Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

« Le plus grand défi est devant nous. Nous devons aider tous les Soudanais, au Nord et au Sud, à définir leur avenir commun. Nous devons aider à résoudre des questions difficiles : les frontières, les mouvements de population, le partage des ressources, Abyei, etc. Et nous devons garantir que tout ceci se déroule dans le cadre de l'Accord de paix global », a ajouté le Secrétaire général. L'Accord de paix global a été signé en 2005 et a mis fin à la guerre civile entre le Nord et le Sud du Soudan.

Selon Ban Ki-moon, « la situation à Abyei est source de préoccupation. A la suite de récents affrontements, il est crucial de prévenir une escalade des tensions. Il est important que tous ceux qui sont concernés, les parties à l'Accord de paix global et ceux sur le terrain, évitent toute action unilatérale et reprennent les discussions sur le statut d'Abyei dès que possible. »

Le Secrétaire général a souligné que les Nations Unies restaient vigilantes concernant la région du Darfour, au nord du Soudan, où une Mission conjointe des Nations Unies et de l'Union africaine (MINUAD) est déployée.

« Les efforts de l'ONU pour protéger les civils, fournir la sécurité et une assistance humanitaire se poursuivent, ainsi que nos efforts pour aider les parties à négocier une paix durable », a-t-il noté.

« Les récents affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles soulignent la nécessité pour nous de redoubler d'efforts pour aider les parties à trouver une solution politique à la crise », a conclu le chef de l'ONU.