Au Pakistan, des familles retrouvent un toit et de la dignité grâce au PNUD

Au Pakistan, des familles retrouvent un toit et de la dignité grâce au PNUD

Des victimes des inondations de l'été 2010 au Pakistan.
Cinquante familles déracinées par les inondations dévastatrices qui ont frappé le Pakistan l'été dernier ont emménagé jeudi dans de nouvelles maisons qu'ils ont aidé à construire avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le nord de la province de Gilgit-Baltistan, où près de 87.000 personnes, soit 10 % de la population de la province, ont été déplacées.

Cinquante familles déracinées par les inondations dévastatrices qui ont frappé le Pakistan l'été dernier ont emménagé jeudi dans de nouvelles maisons qu'ils ont aidé à construire avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le nord de la province de Gilgit-Baltistan, où près de 87.000 personnes, soit 10 % de la population de la province, ont été déplacées.

Ces familles sont les premières parmi des milliers d'autres qui participent aussi à la construction de maisons résistantes aux catastrophes qu'elles occuperont une fois les travaux terminés.

« Une des premières étapes dans la reconstruction est d'aider les populations à retrouver un toit. « Amener les gens dans des logements avant l'hiver est l'un de nos objectifs principaux », a déclaré un spécialiste de l'environnement du PNUD-Pakistan, Abdul Qadir.

La construction de quelques 500 maisons, pour accueillir environ 4.500 personnes, est prévue dans cette province, dans les districts de Hunza Nagar et de Ghizer, ainsi que dans la région de Chitral, où plus de 3.300 maisons ont été détruites ou endommagées par les inondations, affectant directement plus de 29.000 personnes.

Les maisons, construites en bois de peuplier, sur des fondations en pierre et avec des toits résistant aux intempéries, font environ 35 mètres carrés et coûte environ 1000 dollars. L'intérieur, doté d'un séjour, d'une cuisine, d'espaces de rangement et de toilettes, est isolé pour protéger les habitants des hivers rigoureux dans cette région montagneuse.

Dans le cadre d'un programme « Travail contre argent », le PNUD rémunère les habitants qui participent directement à la construction, puisqu'ils creusent les fondations et acheminent les pierres nécessaires à l'édification des murs.

Pour les bénéficiaires, qui ont souvent tout perdu dans les inondations, l'emménagement dans ces habitations représente un nouveau départ. « Cette maison est une bénédiction, elle a apporté une nouvelle lumière et de l'espoir dans notre vie, après que nous ayons tout perdu, maison, terre et bétail », confirme Bibi Roshan, 54 ans et mère de six enfants, qui va emménager à la fin du mois.

Le programme du PNUD est financé par une partie des 120 millions de dollars du programme de relèvement précoce lancé par le gouvernement du Pakistan et le PNUD pour restaurer les moyens d'existence des populations, en créant des emplois, réparant les infrastructures communautaires de base et en renforçant les locaux des administrations de l'Etat.