Népal : un compromis est nécessaire avant le retrait des Casques bleus, selon Pascoe

Népal : un compromis est nécessaire avant le retrait des Casques bleus, selon Pascoe

media:entermedia_image:f87d6e1d-5f4a-446b-8ea5-c39ed483d48e
Après s'être rendu au Népal au début du mois de décembre pour préparer le retrait de la Mission des Nations Unies dans ce pays (MINUNEP), le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, a expliqué jeudi devant le Conseil de sécurité de l'ONU que les dirigeants népalais faisaient preuve d'une plus grande volonté pour trouver un compromis afin d'achever le processus de paix.

B. Lynn Pascoe a toutefois constaté lors de consultations à huis-clos avec le Conseil de sécurité que cette plus grande volonté de compromis ne s'était « pas encore traduite en actes » alors que le mandat de la MINUNEP se termine le 15 janvier, a indiqué son porte-parole.

« Dans ses discussions à Katmandou, il a souligné le besoin de prises de décisions majeures de la part des dirigeants politiques afin de trouver une issue aux problèmes non résolus et des arrangements efficaces afin d'éviter un vide lors du départ de la MINUNEP et de garantir une transition sans heurts », a ajouté son porte-parole.

Il a également dit aux Etats membres du Conseil que les Nations Unies devaient rester engagées dans le processus de paix au Népal malgré le départ de la MINUNEP.

Dans une déclaration de la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, la Représentante des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Susan Rice, les Etats membres ont souligné le besoin pour le gouvernement népalais « de bénéficier de la présence de la MINUNEP les semaines à venir et de travailler dans un esprit de compromis pour garantir que de réels progrès soient accomplis ».