Burundi : le Conseil de sécurité salue la reprise des travaux du mécanisme de vérification du cessez-le-feu

31 mai 2007

Le Conseil de sécurité a salué aujourd&#39hui l&#39évolution récente de la situation politique au Burundi où le gouvernement a pris un certain nombre de "mesures correctives visant à promouvoir le dialogue et la réconciliation nationale". Il a aussi applaudi la reprise des travaux du Mécanisme destiné à surveiller le maintien du cessez-le-feu.

Le Conseil « prend note avec satisfaction des mesures prises pour améliorer la gouvernance économique et accroître la transparence et la responsabilisation dans les institutions publiques », a déclaré hier en séance Zalmay Khalizad, ambassadeur des Etats-Unis, dont le pays assume la présidence du Conseil au mois de mai.

La déclaration « encourage les autorités à continuer de prendre ces mesures et à mener à bien les réformes convenues dans les accords adoptés à Arusha en 2000, à Pretoria en 2003 et à Dar es-Salaam en 2006 et appelle tous les acteurs politiques burundais à conserver l'esprit de dialogue, de consensus et d'ouverture, y compris pour régler la question du partage équitable du pouvoir, qui leur a permis de réussir la transition dans leur pays ».

Le Conseil accueille avec satisfaction la création du Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB) et l'appui qu'il fournit à l'entreprise de consolidation de la paix.

« Le Conseil salue l'action que mènent l'Équipe spéciale de l'Union africaine et la mission de facilitation sud-africaine pour appuyer l'Accord général de cessez-le-feu conclu à Dar es-Salaam le 7 septembre 2006. Il demande aux deux parties de poursuivre leur action pour régler les questions en suspens dans un esprit de coopération ».

« Il se félicite de la reprise des travaux du Mécanisme conjoint de vérification et de surveillance le 28 mai 2007 en vue de faire face aux obstacles à l'application de l'Accord de cessez-le-feu et de les éliminer ».

Il encourage en particulier le gouvernement burundais à « continuer de chercher une solution politique à l'impasse actuelle et engage vivement les Forces nationales de libération (Palipehutu-FNL) à s'acquitter dans les meilleurs délais des obligations qui leur incombent en vertu de l'Accord général de cessez-le-feu ».

Le Conseil « exhorte le gouvernement à redoubler d'efforts pour lutter contre l'impunité et promouvoir et défendre les droits de l'homme, en s'attachant particulièrement dans cet esprit à réduire le niveau élevé de violence sexiste et de violence à l'encontre des enfants. Il engage le Secrétaire général et les autorités burundaises à poursuivre le dialogue en vue de parvenir à un accord sur la création d'un mécanisme de justice transitionnelle fondé sur les normes les plus élevées de justice et de respect du droit international humanitaire ».

Le Conseil rappelle les conclusions de son Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés concernant les parties au conflit armé au Burundi (S/2007/92) et appelle le gouvernement burundais et toutes les parties, ainsi que les organismes des Nations Unies et les gouvernements donateurs à coopérer avec le Groupe de travail en vue de donner suite à ces conclusions.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.