Le Vice-Président de l'Afrique du Sud affirme que la contribution de l'ONU est capitale au succès du processus de paix au Burundi

4 décembre 2002

Le Vice-Président de l'Afrique du Sud, qui est le principal médiateur des pourparlers entre différentes factions burundaises, a affirmé aujourd'hui que la contribution de l'ONU était capitale au succès du processus de paix dans ce pays.

Intervenant devant le Conseil de sécurité, Jacob Zuma a souligné que grâce, en partie, à l'appel du Conseil de sécurité pour la participation des groupes armés burundais aux négociations d'un cessez-le-feu, un tel accord avait été signé il y a deux jours par le Président Buyoya et un représentant du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), mouvement d'opposition armée.

M. Zuma a noté par ailleurs que les donateurs s'étaient engagés à consentir une aide de 440 millions de dollars au Burundi, subordonnée à la conclusion d'un cessez-le-feu. "Le travail d'application de cet accord a déjà commencé", a-t-il indiqué.

Au terme de l'accord, les combattants devraient se replier, d'ici à 30 décembre, dans des zones de regroupement. Ce redéploiement devrait être confirmé par une Mission africaine chargée de vérifier la mise en place effective du cessez-le-feu, a expliqué M. Zuma.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.