Liban : la cessation des hostilités se maintient pour l'instant, selon la FINUL

15 août 2006

Pour l'instant, la cessation des hostilités se maintient, affirme la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) qui a mené des patrouilles intensives au cours de la nuit et ce matin dans sa zone d'opération, afin d'évaluer la situation sur le terrain.

Pour l'instant, à 13h GMT, il n'y avait « pas d'informations relatives à des incidents ou à des violations de l'accord dans la zone d'opérations de la FINUL depuis l'entrée en vigueur de la cessation des hostilités hier matin », indique un communiqué de la Mission publié aujourd'hui à Naqoura, son quartier général au Liban.

La FINUL ajoute que l'armée israélienne a maintenu sa présence sur le territoire libanais, sans modifier de façon significative ses positions ni la composition de ses forces.

« La Mission poursuit ses contacts avec l'armée libanaise et l'armée israélienne afin de faciliter un retrait rapide de cette dernière et le déploiement des forces armées libanaises dans le Sud », dit le communiqué.

La résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité adoptée vendredi appelle « le gouvernement du Liban et la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) à déployer leurs forces de concert à travers le Sud [du Liban] » et le gouvernement israélien « lorsque commencera ce déploiement, à retirer en parallèle toutes ses forces du Sud-Liban » (dépêche du 11.08.06).

Cet appel répondait à une annonce du gouvernement libanais selon laquelle il se déclarait prêt à déployer 15.000 soldats dans le sud de son pays. Depuis la fin de la guerre civile et le retrait israélien du territoire libanais en 2000, confirmé par la résolution 1310 (2000), le gouvernement libanais n'a jamais déployé son armée nationale au sud du pays, qui est resté sous le contrôle du groupe armé chiite Hezbollah.

La résolution 1701 (2006) réitère donc l'appel contenu dans la résolution 1559 (2004) comme auparavant dans ses résolutions 425 (1978) à « assurer le rétablissement de son autorité effective dans la région ».

La FINUL indique par ailleurs aujourd'hui avoir procédé à une première évaluation des dommages aux infrastructures civiles dans l'est de son secteur central. A Tayyabah, 80% des maisons ont été détruites, 50% dans les villages de Markaba et Qantarah, 30% à Mays al Jabal, 20% à Hula et 15% à Talusha. « Le pont de Ain Arab et le pont sur la rivière Litani dans la zone d'Al Qusair ont été complètement détruits », dit la Mission des Nations Unies.

Enfin, la Mission indique que son équipe de démineurs du contingent chinois ont procédé à l'explosion contrôlée de 36 engins explosifs dans la zone de Kafr Kila et à proximité de Ras Naqoura, sur la côte méditerranéenne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.