Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité apporte son appui aux efforts du Premier ministre Konan Banny

29 mars 2006

Le Conseil de sécurité a félicité aujourd'hui le Premier ministre de la Côte d'Ivoire, Charles Konan Banny, « pour ses initiatives, prises avec la collaboration du Président Laurent Gbagbo, qui ont permis de donner un nouvel élan au processus de paix », après avoir entendu un exposé du ministre des Affaires étrangères ivoirien.

Dans la déclaration présidentielle prononcée au nom de ses quinze membres, le Conseil de sécurité s'est félicité des progrès réalisés ces dernières semaines, notamment la réunion au complet du Conseil des ministres, l'établissement de la Commission électorale indépendante, l'organisation des examens scolaires au nord du pays, et la préparation des processus d'identification des populations et de désarmement.

image• Retransmission de la séance du Conseil de sécurité[16mins]

« Le Conseil de sécurité exhorte les dirigeants politiques ivoiriens à honorer tous leurs engagements, notamment ceux pris à Yamoussoukro le 28 février 2006 (dépêche du 2.03.06), et à mettre en oeuvre rapidement la feuille de route, de bonne foi et dans un esprit de confiance, en vue d'organiser des élections libres, justes, ouvertes et transparentes d'ici au 31 octobre 2006 », indique la déclaration.

« Il souligne l'urgence qui s'attache à l'achèvement du processus d'identification, à l'établissement des listes électorales et au démarrage du programme de DDR [désarmement, démobilisation et réinsertion] ».

Toutefois, le Conseil de sécurité a réitéré sa « sa profonde préoccupation devant la situation dans l'ouest du pays », exhortant l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire ( ONUCI ) à poursuivre son redéploiement dans cette région.

Il a appelé également au « retour de cette région à l'autorité civile ».

Le Conseil de sécurité a par ailleurs « condamné fermement la persistance des violations des droits de l'homme, les agressions à l'encontre de ministres du gouvernement, les obstacles à la liberté de circulation des forces impartiales, et les messages d'incitation à la haine et à la violence dans les médias ».

À cet égard, il a demandé aux autorités ivoiriennes, « en liaison étroite avec l'ONUCI, de veiller à ce que toutes les mesures soient prises pour préserver l'indépendance de la Radio-télévision ivoirienne ».

Le Conseil de sécurité avait entendu ce matin un exposé du ministre des Affaires étrangères de la Côte d'Ivoire, Youssouf Bakayoko, qui a déclaré que son pays vivait une « nouvelle ère » depuis la résolution 1633 (2005) du Conseil de sécurité qui avait conduit à l'avènement du gouvernement le 28 décembre 2005, dirigé par le Premier Ministre Charles Konan Banny.

image• Retransmission de l'exposé devant le Conseil de sécurité[23mins]

Youssouf Bakayoko a estimé que le retour à Abidjan le 14 mars 2006, après 17 mois d'absence, de Guillaume Soro, secrétaire général des Forces nouvelles et Ministre d'État - qui faisait suite au retour d'exil des leaders de l'opposition, Konan Bédié et Alassane Ouattara – « démontrait que le mur de méfiance qui caractérisait jusque là la vie politique ivoirienne était en train de se briser ».

Le ministre a particulièrement insisté sur la sécurité à Bouaké et dans la région de l'ouest du pays dans la mesure où elle fait frontière avec le Libéria, qui partage de nombreuses similitudes ethniques et culturelles.

« Assurer une bonne sécurité de cette partie de la Côte d'Ivoire équivaut à assurer davantage la sécurité du Libéria, et au-delà, de la Sierra Leone », a-t-il dit, indiquant que le gouvernement ivoirien « appuyait fortement la proposition du Secrétaire général de renforcer le nombre de Casques bleus en Côte d'Ivoire ».

Le Secrétaire général a demandé lundi au Conseil de sécurité l'augmentation des effectifs militaires et policiers mis à la disposition de l'ONUCI.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.