Conseil des droits de l'homme : Kofi Annan presse les Etats Membres d'adopter le texte présenté aujourd'hui

23 février 2006

Le Secrétaire général a exhorté les Etats Membres à ne plus différer, au risque de saper la crédibilité des Nations Unies, l'adoption d'un texte établissant un nouveau Conseil des droits de l'homme pour remplacer l'actuelle Commission, jugée discréditée, dont le projet a été présenté aujourd'hui par le président de l'Assemblée générale.

« Nous avons atteint le moment critique où les Etats Membres doivent se montrer à la hauteur des engagements individuels et collectifs qu'ils ont pris. Le moment est venu de soutenir le texte de compromis obtenu par le président de l'Assemblée générale et d'adopter une résolution dans les jours qui viennent », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général dans un message transmis par son porte-parole.

« Tout échec sur cette question saperait la crédibilité de l'Organisation, rendrait insignifiants les engagements pris par les dirigeants mondiaux, et porterait un coup important à la cause des droits de l'homme », a-t-il ajouté.

« Cette décision ne peut être davantage reportée : elle est tout simplement trop importante », a insisté Kofi Annan.

Le Secrétaire général avait déjà exhorté, le 9 février dernier, à adopter un texte avant la prochaine session de la Commission des droits de l'homme qui doit commencer au mois de mars prochain (voir notre dépêche du 9 février 2006).

« Bien que le projet de texte ne reflète pas toutes mes propositions pour un nouveau Conseil, présentées il y a de cela un an, il contient des éléments importants qui garantissent que le Conseil sera plus qu'un changement cosmétique », affirme le Secrétaire général.

« J'espère que l'Assemblée générale adoptera ce projet de résolution dans les prochains jours », a-t-il souligné, « mais ce ne sera que la première étape d'un processus de changement ».

« Aucune correction technique ne pourra tout changer de façon radicale. L'amélioration apportée par le Conseil par rapport à la Commission des droits de l'homme dépendra en grande partie de l'engagement des Etats Membres », a-t-il estimé.

Soulignant que le texte était le résultat de plusieurs mois de négociations pour parvenir à un consensus, le Secrétaire général a rappelé que « si aucune délégation n'obtiendra tout ce qu'elle souhaite, le Conseil établi par ce texte jette les bases d'une approche des droits de l'homme plus crédible et au moins potentiellement plus efficace ».

A cet égard, Kofi Annana notamment souligné que le texte prévoyait la possibilité de suspendre les droits et privilèges des membres du conseil s'ils commettent des violations graves et systématiques des droits de l'homme.

Le président de l'Assemblée générale, Jan Eliasson, présentera aujourd'hui lors d'une conférence de presse à New York le projet de texte du futur conseil des droits de l'homme.

Dans le document final du sommet mondial, les Etats membres décidaient de « créer un Conseil des droits de l'homme » qui remplacerait la Commission et chargeaient le président de l'Assemblée générale de conduire les négociations qui permettraient d'établir, dès que possible, au cours de la 60e session, ce Conseil afin de définir son mandat et sa composition.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.