Séisme au Pakistan : le HCR poursuit la fourniture de matériel contre les grands froids hivernaux

6 janvier 2006

L'hiver est apparu tardivement au Pakistan mais avec plus de rigueur, déclenchant la semaine dernière trois jours de pluies et de neige sur les personnes déjà affectées par le séisme du 8 octobre dernier, a rappelé aujourd'hui l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui a présenté un bilan des efforts pour protéger les populations contre le froid.

« Les mauvaises conditions météorologiques, qui ont débuté dans la nuit de samedi après un mois de décembre relativement clément, ont bloqué au sol les vols humanitaires durant trois jours jusqu'à mercredi et ont entraîné des glissements de terrain qui ont empêché l'accès par la route vers plusieurs zones sinistrées », a déclaré aujourd'hui le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Ron Redmond, lors d'un point avec la presse au siège de l'ONU à Genève.

« La vague de grands froids a fait descendre les températures nocturnes en deçà de 0°, avec des températures de -2° C. enregistrées à Muzaffarabad et -13° dans les villages d'altitude. Il est prévu pour la semaine prochaine encore davantage d'averses de pluie et de neige dans les zones touchées par le séisme », a précisé le porte-parole.

L'UNHCR, qui a la responsabilité de la gestion des camps au sein de l'équipe des Nations Unies, aide actuellement le gouvernement pakistanais et les ONG dans 139 camps de secours, dont 26 d'entre eux sont planifiés et 113 se sont mis en place spontanément. Ensemble, ces camps accueillent plus de 137 000 personnes sans-abri après le séisme.

Malgré le mauvais temps, nous n'avons pas été témoins de mouvements de masses en provenance des montagnes et des plateaux vers nos camps à plus basse altitude, a affirmé Ron Redmond. « Cela pourrait être dû au fait que les survivants ont reçu suffisamment de denrées alimentaires, de tentes et de couvertures pour rester où ils sont, ou bien simplement parce que les routes sont rendues impraticables par les glissements de terrain ».

« Quelle que soit la raison, nous sommes prêts et préparés à accueillir – si nécessaire – 50 000 autres personnes dans les camps. Avec le gouvernement, nous avons étendu les camps existant tels que ceux de Meira et Havelian et allons mettre en place des nouveaux camps comme ceux de Bakrial et Haripur ».

Selon le HCR, la récente tempête a entraîné l'effondrement de quelques tentes sous le poids de la neige, alors que quelques camps ont été inondés par des pluies continues. Les équipes de l'UNHCR à Bagh, Batagram et Muzaffarabad ont distribué du matériel de secours supplémentaire tel que des tentes et des bâches en plastique aux habitants du camp touchés par la tempête, qui a cessé mardi. «Nous travaillons également avec les ONG et les populations des camps pour améliorer le drainage et pour aider à dresser les tentes. Cela implique de creuser une tranchée autour de la tente pour empêcher que l'eau n'y entre, et pour drainer l'eau au-dehors. Les bâches en plastique placées en tant que toit et sur le sol aident aussi à l'étanchéité et à l'isolation de la tente contre le froid».

De plus, l'UNHCR a reçu 500 tentes équipées contre le froid de la part du Conseil Norvégien pour les réfugiés, afin de remplacer quelques tentes dans les camps spontanés qui ne tiendront pas l'hiver.

L'agence des Nations Unies indique en outre avoir récemment achevé la dernière partie de son « plan anti-froid », distribuant plus de 250 000 couvertures, plus de 25 000 tentes et quelque 17 000 matelas à plus de 100 000 personnes dans les camps. Davantage de couvertures et de matelas sont en route.

Enfin, a annoncé le porte-parole du HCR, ce week-end va « commencer la distribution de 40 000 réchauds et de kérosène tant dans les camps planifiés que dans les camps spontanés. Prudent sur les feux de tentes, le gouvernement de la Province frontière du Nord-Ouest a opté pour la mise en place de centres de cuisson communautaires dans les camps ».

Au Cachemire pakistanais, l'UNHCR va distribuer des réchauds dans les tentes individuelles en raison du manque de place dans les centres de cuisson communautaires.

« Conscients des feux accidentels possibles dans les tentes, nous avons commencé une campagne de sensibilisation sur la sécurité incendie et la prévention en fournissant des brochures sur ce qu'il faut faire et ne pas faire dans les camps. Nous faisons aussi appel aux militaires pour fournir des extincteurs et des seaux remplis de sable en cas d'incendie », a conclut le porte-parole du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.