HCR : deuxième jour d'entretiens avec les Soudanais détenus au Caire

6 janvier 2006

Le personnel de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés en est maintenant au deuxième jour d'entretiens avec plus de 600 Soudanais qui se trouvent dans 3 centres de détention dans les faubourgs du Caire depuis la semaine dernière.

« Les Soudanais ont été mis en détention par les autorités égyptiennes après un 'sit-in' de protestation de trois mois dans un parc du Caire qui s'est terminé tragiquement vendredi dernier au cours d'une confrontation dans laquelle plusieurs personnes ont été tuées ou blessées », a déclaré aujourd'hui Ron Redmond, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), lors de son point de presse au Palais des Nations à Genève.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés, et à sa suite le Secrétaire général, avaient exprimé leur consternation le 30 décembre dernier après une raid de la police égyptienne et des manifestants soudanais au Caire qui réclamaient l'assistance du HCR depuis le mois de septembre, qui a fait au moins 30 morts et de nombreux blessés (voir notre dépêche du 30 décembre 2005 sur le HCR, notre dépêche du 30 décembre 2005 sur le Secrétaire général et notre dépêche du 3 janvier 2006).

Les autorités égyptiennes, qui ont annoncé leur intention de reconduire à la frontière certains de ces Soudanais, ont donné trois jours à l'UNHCR pour déterminer le statut juridique des détenus et leur possible besoin de protection internationale, a précisé le porte-parole.

« Au total, 22 employés de l'UNHCR, répartis en trois équipes, ont commencé jeudi à 10 heures du matin le travail dans trois centres de détention des faubourgs du Caire. Ils ont travaillé hier soir tard et continué les entretiens ce matin », a-t-il indiqué, ajoutant que des renforts en personnel du siège de Genève étaient partis pour Le Caire.

Plus tôt dans la semaine, les autorités ont libéré la plupart des Soudanais détenus initialement et munis de documents de l'UNHCR les identifiant soit comme réfugiés soit comme demandeurs d'asile.

L'UNHCR et ses partenaires leur ont fourni une assistance dans différents endroits du Caire, notamment une église dans le quartier de Sakakini où une clinique a été installée ce week-end pour soigner les blessés. L'UNHCR a également livré des fournitures médicales à la clinique, ainsi que 1160 couvertures. Plus de 580 patients ont été vus par l'équipe médicale à Sakakini depuis la nuit du 31 décembre. Des cas de fracture, de choc et de traumatisme ont été adressés à l'hôpital italien du Caire.

L'UNHCR a également mis en place un projet mercredi pour fournir une allocation d'hébergement d'urgence à toutes les familles sans abri qui ont participé à la manifestation. Ces allocations sont distribuées avec l'assistance de l'ONG, Caritas, dans quatre succursales d'une banque locale.

« L'UNHCR a également identifié d'autres cas vulnérables et a commencé jeudi à distribuer des rations alimentaires avec du lait, du sucre, du riz, des lentilles, de l'huile de cuisine et d'autres produits. L'agence pour les réfugiés travaille également sur la réunion des familles qui ont pu se trouver séparées », a conclu le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.