Iraq : le Conseil de sécurité reconduit le mandat de la Force multinationale pour un an

8 novembre 2005
Le Conseil de sécurité

Dans une résolution adoptée aujourd'hui, le Conseil de sécurité a décidé de proroger, jusqu'au 31 décembre 2006, le mandat de la Force multinationale en Iraq, lequel sera réexaminé à la demande du gouvernement iraquien ou au plus tard le 15 juin 2006.

Dans une résolution adoptée aujourd'hui, le Conseil de sécurité a décidé de proroger jusqu'au 31 décembre 2006 le mandat de la Force multinationale en Iraq, lequel sera réexaminé à la demande du gouvernement iraquien ou au plus tard le 15 juin 2006.

Les représentants du Royaume-Uni, des États-Unis, de la Roumanie, du Japon et du Danemark, pays contribuant à la Force multinationale, et coauteurs de la résolution 1637 (2005) adoptée aujourd'hui à l'unanimité, ont tenu à souligner qu'elle répondait à une demande officielle du gouvernement iraquien.

Cette reconduction est effectivement intervenue à la demande du Premier ministre de l'Iraq qui avait formulé sa requête dans une lettre adressée le 27 octobre dernier au Président du Conseil.

Par sa résolution, « le Conseil ne préjuge pas de l'attitude du futur gouvernement iraquien à l'égard de la Force multinationale », a tenu à souligner le représentant de la France qui s'est attardé sur les dispositions stipulant que le gouvernement iraquien pourrait demander à tout moment la révision de ce mandat.

Aux côtés du représentant de la Fédération de Russie qui a regretté que ses propositions sur le texte n'aient pas été prises en compte, le représentant français a insisté sur le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Iraq ainsi que sur l'importance du dialogue national, notamment dans le cadre « d'une conférence nationale organisée avec l'aide des pays de la région afin de favoriser l'intégration de tous les groupes et communautés de l'Iraq au sein du processus politique ».

« L'Iraq s'est acquitté de ses obligations à toutes les étapes du processus de transition politique », a expliqué le représentant de l'Iraq, Samir Shakir Mahmoud Sumaida'ie, indiquant également qu'il attendait avec intérêt les élections du 15 décembre.

Il a souligné l'importance pour la communauté internationale que le processus de transition politique aboutisse, n'osant songer à un échec de ce processus et l'impact qui pourrait s'ensuivre.

« Le peuple iraquien est déterminé à faire aboutir le processus de transition politique et à faire échouer le terrorisme dans le pays », a-t-il conclu.

La résolution demande « à ceux qui ont recours à la violence pour essayer de subvertir le processus politique de rendre les armes et de participer à ce processus, y compris aux élections prévues pour le 15 décembre, » et encourage « le gouvernement iraquien à ouvrir la porte à tous ceux qui renoncent à la violence et à promouvoir un climat politique propice à la réconciliation nationale et à la concurrence politique par des moyens démocratiques pacifiques ».

Elle réaffirme par ailleurs « qu'il ne faut pas que les actes de terrorisme fassent échouer la transition politique et économique de l'Iraq ».

Voir le compte-rendu de la séance dans le communiqué de presse de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.