Guinée-Bissau : le Conseil de sécurité engage les candidats à respecter les résultats de l'élection présidentielle

24 juin 2005
L'ambassadeur de La Sablière

Dans une déclaration à la presse prononcée hier par son Président, le Conseil de sécurité a appelé les candidats et les partis politiques en Guinée-Bissau à respecter les résultats du scrutin et à s'engager en faveur de l'unité nationale. Il a aussi salué le déroulement pacifique de l'élection.

« Conformément à la Charte de transition politique, la tenue d'élections présidentielles et l'entrée en fonctions du nouveau chef d'État démocratiquement élu marqueront le retour complet à l'ordre constitutionnel en Guinée-Bissau », a indiqué hier le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, l'ambassadeur de la France, Jean-Marc de La Sablière, dans une déclaration à la presse prononcée au nom des 15 membres du Conseil.

« À cet égard, [les membres du Conseil] ont exprimé leur satisfaction devant le fait que le premier tour de scrutin s'est déroulé dans l'ordre et dans le calme et ils ont félicité le peuple de Guinée-Bissau et tous les acteurs politiques, y compris les partis, pour cette manifestation importante de leur attachement à la démocratie et à la paix », a-t-il ajouté.

« Les membres du Conseil ont également exhorté tous les candidats et les partis politiques à respecter les résultats du scrutin et à s'engager en faveur de l'unité nationale ».

Le Conseil de sécurité a par ailleurs appelé la communauté internationale à maintenir son appui « si un deuxième tour de scrutin était confirmé conformément à la législation et au calendrier électoral ».

Cette déclaration a été prononcée à l'issue d'une séance à huis clos sur la situation en Guinée-Bissau, au cours de laquelle le Sous-Secrétaire général Tuliameni Kalomoh, a présenté un exposé sur l'évolution récente de la situation dans le pays, en particulier sur le premier tour de l'élection présidentielle qui s'est tenu le dimanche 19 juin.

Le Conseil a été également informé des activités du Bureau d'appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BANUGBIS). Il était saisi du dernier rapport du Secrétaire général sur la Guinée-Bissau.

« La Guinée-Bissau continue de se heurter à d'énormes difficultés politiques, sociales et économiques que seule une action commune, qui s'articule autour d'orientations claires en faveur de la paix et de la stabilité, sera en mesure de régler », estimait le Secrétaire général dans son rapport.

Pour y contribuer, le BANUGBIS et l'équipe de pays des Nations Unies ont examiné la stratégie globale de consolidation de la paix de l'ONU pour la Guinée-

Bissau, qui combine des objectifs en matière de paix, de sécurité et de développement et définit les activités à exécuter à l'appui des efforts menés dans le pays pour améliorer le dialogue politique, renforcer la sécurité, rendre la gouvernance plus démocratique et la gestion de l'économie plus efficace, mais aussi mobiliser davantage de ressources, indiquait le rapport.

Le Secrétaire général encourageait également le Conseil de sécurité à « mettre la dernière main à sa réponse aux recommandations » faites dans son rapport du 16 mars 2005 (S/2005/174), visant à renforcer le BANUGBIS et à lui permettre de s'acquitter de son mandat révisé, tel que défini dans la résolution 1580 (2004) du Conseil.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.