Kofi Annan félicite le gouvernement laotien pour le traitement réservé aux minorités Hmong

7 juin 2005

Le Secrétaire général a accueilli avec satisfaction les informations selon lesquelles un traitement humain a été réservé au groupe de 171 hommes, femmes et enfants de la minorité montagnarde Hmong, sortis de la forêt samedi pour se rendre aux autorités de la République démocratique populaire lao. Il lance un appel au gouvernement laotien pour qu'il continue d'aider le grand nombre de Hmong qui pourrait sortir de la jungle dans les prochains jours.

« Le Secrétaire général accueille avec satisfaction les informations selon lesquelles un traitement humain a été réservé au groupe de 171 hommes, femmes et enfants de minorités ethniques, y compris les Hmong, qui sont venus, samedi dernier, des régions éloignées de la Zone spéciale de Xaysomboune, en République démocratique populaire lao », indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

Le Secrétaire général lance un appel urgent au gouvernement laotien pour qu'« il continue à fournir l'assistance nécessaire au grand nombre de Hmong qui pourrait sortir de la jungle dans les prochains jours » et réitère la disposition des Nations Unies à « apporter tout type d'assistance que le gouvernement laotien pourrait demander pour de tels groupes ».

Selon les informations parues dans la presse, après plusieurs décennies de résistance au pouvoir laotien, 170 Hmongs sont sortis de la forêt samedi pour se rendre aux autorités. Cette reddition d'un groupe composé essentiellement de femmes, d'enfants et de vieillards, pourrait être suivie par celle de plusieurs milliers d'autres personnes. Se clôturerait ainsi un des chapitres les plus tragiques de la guerre du Vietnam dans les années 1970.

Washington avait en effet financé à l'époque la mise sur pied d'une armée secrète anticommuniste en recrutant notamment dans les rangs des minorités montagnardes. Les Hmongs avaient été abandonnés à leur sort par la CIA après la prise du pouvoir par le Pathet Lao, mouvement de guérilla communiste, en 1975. Un grand nombre d'entre eux avait gagné la Thaïlande avant d'être admis aux Etats-Unis notamment. Toutefois, plusieurs milliers de Hmongs sont restés sur place, se réfugiant dans la jungle, subissant le harcèlement de la nouvelle armée laotienne.

Il resterait une vingtaine de groupes dans la forêt, soit plusieurs milliers de personnes, qui attendent de voir comment les choses se passent pour décider de sortir de la clandestinité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.