Soudan : les opérations humanitaires de l'ONU au Darfour menacées par un manque de fonds

8 avril 2005

A la veille de la Conférence des donateurs sur le Soudan qui doit se tenir lundi prochain à Oslo, capitale de la Norvège, en présence du Secrétaire général et des agences de l'ONU, l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial alertent sur le déficit de financement, qui oblige notamment ce dernier à couper les rations alimentaires aux réfugiés du Darfour.

A l'invitation du Premier Ministre de la Norvège, le Secrétaire général prononcera, lundi 11 avril à Oslo, une allocution à l'occasion de la session inaugurale de la Conférence des donateurs d'Oslo sur le Soudan, a informé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) annonce par ailleurs aujourd'hui que, « pous la première fois depuis le début de l'opération d'urgence du PAM au Darfour, un grave déficit de fonds forcera à réduire les rations fournies à près d'un million de personnes au Darfour (carte), a précisé le porte-parole.

Le PAM souligne qu'à partir de mai, il devra réduire de moitié la portion non céréalière de la ration quotidienne, ce qui permettra de tenir jusqu'aux mois critiques de juillet et d'août, où les besoins sont les plus importants.

Pour sa part, le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Ron Redmond, a informé aujourd'hui lors d'un point avec la presse à Genève que, « sur le budget de 60 millions de dollars demandé pour son programme de rapatriement volontaire et de réintégration au Sud-Soudan, le HCR avait reçu moins de 5 millions ».

Il a précisé que la conférence des donateurs d'Oslo, à laquelle participera le HCR, était principalement prévue pour aborder les besoins d'assistance du Sud Soudan mais que les besoins humanitaires du conflit du Darfour seront également discutés.

« Pour ses opérations au Darfour, le HCR a reçu deux millions de dollars sur les 31 millions demandés, a-t-il précisé, ajoutant qu'au Tchad (carte), « où le HCR vient en aide à 200 000 réfugiés du Darfour basés dans onze camps, le HCR a reçu la somme de 30 millions de dollars sur l'appel de 81 millions ».

A Genève également, le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Damien Personnaz, a prévenu que « les prochains 18 mois seraient difficiles pour trois raisons ».

Tout d'abord, le conflit n'a pas été réglé. Deuxièmement, « en raison des problèmes sécuritaires, l'UNICEF n'a accès qu'à entre 5 et à 10% du territoire des trois provinces du Darfour » et ne parvient à venir en aide qu'à « deux millions de personnes sur les six millions que comptaient le Darfour avant la crise ».

« Enfin, bien que la plupart des habitants des nombreux camps du Darfour aient reçu les fournitures de base, des efforts suffisants n'ont pas été faits pour assurer leur sécurité ».

« En raison de la sécheresse, près de quatre millions de personnes sont menacées d'insécurité alimentaire d'ici à dix-huit mois. Un million d'enfants de moins de cinq ans souffrent ou souffriront de malnutrition aiguë ».

Le porte-parole a souligné que, « sur l'appel de 135 millions de dollars lancé en janvier pour le Darfour, l'UNICEF n'a reçu que 30 % des contributions demandées ».

« Si l'agence ne reçoit pas un peu plus de contributions d'ici au mois de juin, les programmes sur l'eau et l'assainissement seront coupés », a-t-il précisé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.