Les victimes du terrorisme trop souvent ignorées, déplore le Secrétaire général

Les victimes du terrorisme trop souvent ignorées, déplore le Secrétaire général

Le Secrétaire général a affirmé hier le droit des victimes du terrorisme à des soins et des compensations et déploré que leur sort soit souvent ignoré ou instrumentalisé.

Le sort de ceux qui survivent aux attaques terroristes « est trop souvent négligé », a déclaré le Secrétaire général dans un message transmis hier par le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, M. Danilo Türk.

« Ils sont trop souvent ignorés ou exhibés comme des symboles ou des martyrs témoignant de l'iniquité d'une des parties au conflit et, au moins par voie de conséquence, des vertus de l'autre ».

Kofi Annan a souligné que ces victimes, « qui ont subi de vraies blessures physiques ou mentales », avaient « droit à des soins, à des compensations et, par-dessus tout, au respect dû à tout individu dont les droits ont été violés et dont la voix doit être entendue ».

L'ONU est « particulièrement consciente de cela », a-t-il souligné, « étant donné que plusieurs d'entre nous ont été blessés ou traumatisés par l'attaque perpétrée, il y a deux ans, contre notre siège à Bagdad ».