R. D. du Congo : 50 miliciens tués par les casques bleus à Loga

2 mars 2005

La Mission de l'ONU a annoncé aujourd'hui que 50 miliciens du FNI avaient été tués en riposte à des tirs essuyés par les Casques bleus en mission contre les milices qui terrorisent la population de l'Ituri. Neuf Casques bleus avaient péri dans une embuscade lors d'une mission similaire le 25 février dernier.

Suite au meurtre de neuf casques bleus la semaine dernière, la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a lancé hier mardi une opération militaire dans laquelle 50 miliciens ont été tués, indique un communiqué de Radio Okapi, la radio de la MONUC .

Le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, a précisé que l’opération des Casques bleus visait à mettre fin aux agissements des milices locales, notamment le Front nationaliste intégrationniste (FNI), et à démanteler leurs infrastructures.

« Alors qu’elle patrouillait près du village de Loga, une unité de l’ONU formée de 240 soldats environ –détachés des contingents pakistanais, népalais et sud-africains– a essuyé des tirs et a riposté», a-t-il indiqué.

« Tout porte à croire que les miliciens impliqués appartenaient au FNI. L'opération a permis de détruire deux camps, dont l'un semblait abriter l'état-major du FNI », a précisé le porte-parole.

D'après la MONUC, des hélicoptères de combats et des véhicules blindés ont été engagés dans cette action, qui a fait deux blessés parmi les éléments des forces de la Mission.

Le porte-parole militaire de la MONUC, le lieutenant colonel Dominique Demange, a précisé par ailleurs qu'une trentaine d'armes légères avaient été saisies par les casques bleus.

Radio Okapi précise que les combats se poursuivent encore aujourd'hui à Loga, au nord-ouest de Bunia (carte), une zone contrôlée par le FNI.

C'est cette milice qui est soupçonnée d'être impliquée dans le meurtre des 9 casques bleus bangladeshi dans le secteur de Loga à la fin de la semaine dernière.

Le vendredi 25 février, 21 éléments du contingent Bangladeshi de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) (carte) se sont fait prendre à partie à 5 kilomètres à l'ouest de Kafé, dans le district de l'Ituri, par des groupes armés qui refusent le processus de désarmement et de stabilisation.

Lors de cette embuscade, 9 militaires de la MONUC ont trouvé la mort (voir notre dépêche du 25 février 2005).

Cette attaque avait été vivement condamnée par le Secrétaire général, la MONUC et le CIAT, le Comité international d'accompagnement de la Transition (CIAT) (voir le communiqué du CIAT).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.