Aidez les 300 millions d'enfants victimes de la faim, exhorte le PAM

Aidez les 300 millions d'enfants victimes de la faim, exhorte le PAM

media:entermedia_image:399eb615-454c-407d-8add-36c2088ee1c6
Après l'aide humanitaire sans précédent apportée aux victimes du tsunami qui a frappé l'Asie du Sud, le défi est maintenant, selon l'agence de l'ONU pour l'alimentation, de venir en aide aux 300 millions d'enfants dans le monde qui souffrent de la faim et de la malnutrition, en silence, loin des projecteurs, dans des régions dévastées par la pauvreté.

Après l'aide humanitaire sans précédent apportée aux victimes du tsunami qui a frappé l'Asie du Sud le 26 décembre dernier, « le défi est maintenant de maintenir cet élan de générosité pour venir en aide à des millions d'autres personnes sur la planète, victimes de la faim et de la malnutrition mais dont les visages sont rarement sous le feu des projecteurs », a déclaré aujourd'hui James Morris, Directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), à la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles, indique un communiqué du PAM.

« Alors qu'elles provoquent, et de loin, de plus grandes souffrances que les guerres ou les catastrophes naturelles, la faim et la malnutrition qui affectent de manière chronique 300 millions d'enfants dans le monde ne créent pas la couverture médiatique spectaculaire d'un tsunami », a regretté James Morris.

Pourtant, « chaque semaine, la faim et les maladies associées font autant de victimes – essentiellement des enfants - que le tsunami qui s'est abattu sur l'Asie », a-t-il rappelé. « Ces enfants meurent en silence dans des régions dévastées par la pauvreté sans attirer l'attention des médias internationaux ».

James Morris s'est par ailleurs félicité de « l'aide exceptionnellement généreuse » du Japon qui vient de verser 60 millions de dollars au PAM pour les victimes du tsunami. « Avec cette aide, aucun des enfants qui a survécu au tsunami ne devrait mourir de faim », a affirmé le directeur du PAM.

La Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles, à laquelle participent plus de 150 pays, s'est ouverte le mardi 18 janvier à Kobe au Japon, un peu plus de trois semaines après les raz-de-marée gigantesques qui ont déferlé sur les côtes de plusieurs pays d'Asie du Sud, provoquant la mort de plus de 165 000 personnes (voir notre dépêche du 19 janvier).

Lundi dernier, les Nations Unies dévoilaient, dans le rapport du Projet du Millénaire, intitulé « Investir dans le développement : un plan pratique pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement », dix grandes recommandations et une série de mesures concrètes pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement visant notamment à réduire de moitié l'extrême pauvreté et la faim dans le monde d'ici à 2015(voir notre dépêche du 17 janvier).