La mise en place d'un système d'alerte aux tsunamis dans l'océan Indien confiée aux Nations Unies

20 janvier 2005

L'agence de l'ONU pour l'élaboration de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes naturelles a annoncé aujourd'hui que les Nations Unies superviseront la mise en place d'un système d'alerte aux tsunamis dans l'océan Indien qui pourrait coûter 30 millions de dollars et être opérationnel d'ici un an.

Les délégués de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles qui se tient à Kobe au Japon sont tombés d'accord pour confier aux Nations Unies la gestion de la mise en place d'un système d'alerte aux tsunamis dans l'océan Indien, annonce un communiqué de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes naturelles (SIPC) publié aujourd'hui.

La Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles, à laquelle participent quelque 4 000 scientifiques et officiels de plus de 150 pays, s'est ouverte le mardi 18 janvier, un peu plus de trois semaines après les raz-de-marée gigantesques qui ont déferlé sur les côtes de plusieurs pays d'Asie du Sud, provoquant la mort de plus de 160 000 personnes (voir notre dépêche du 19 janvier).

Les Nations Unies qui superviseront la mise en place du système d'alerte dans l'océan Indien bénéficieront de l'expérience du système d'alerte aux tsunamis établi dans le Pacifique en 1968 par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) (voir notre dépêche du 11 janvier).

A Kobe, les délégués ont voulu attirer l'attention de la communauté internationale sur le fait qu'il serait important de partager l'expérience qui existe déjà en la matière et sur la nécessité de coopérer aux niveaux international et régional pour la mise en place du système d'alerte aux tsunamis dans l'océan Indien.

« Connecter les gens, mettre à jour les capacités techniques et mobiliser les communautés est la clé du succès », a déclaré Salvano Briceño, Directeur de la SIPC.

Selon la SIPC, l'élaboration d'un système d'alerte dans l'océan Indien pourrait coûter 30 millions de dollars. Le système pourrait être opérationnel d'ici un an.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.