Liban : le Secrétaire général demande la prorogation du mandat de la FINUL

20 janvier 2005

Le Secrétaire général a demandé au Conseil de sécurité de renouveler pour une période de six mois le mandat de la Force des Nations Unies au Liban et lancé un appel aux Etats Membres pour qu'ils versent rapidement les contributions non acquittées au financement de cette Force dont le montant s'élève à plus de 47 millions de dollars.

Dans son dernier rapport sur la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) publié aujourd'hui, le Secrétaire général a demandé au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la Force pour une nouvelle période de six mois, soit jusqu'au 31 juillet 2005.

« Au cours des six derniers mois, la Ligne bleue a connu une période prolongée de calme relatif. Mais comme on a pu le voir plus d'une fois au cours des quatre dernières années, et malheureusement de nouveau ce mois-ci, les longues périodes de calme le long de la Ligne bleue sont souvent suivies par une recrudescence des hostilités », a indiqué le Secrétaire général dans son rapport.

« Si le nombre d'incidents violents a été nettement moins élevé qu'au cours de la période couverte par mon rapport précédent, les tensions entre les parties n'ont à aucun moment diminué de manière appréciable. Le discours hostile demeure la norme et la stabilité a continué d'être menacée, de la façon la plus dramatique avec les incidents des 9 et 17 janvier, mais également par les actes d'éléments incontrôlés et, pour la première fois, par des incursions aériennes effectuées par les deux parties », fait observer le Secrétaire général.

Kofi Annan avait déploré la mort d'un observateur militaire français le 9 janvier dernier et les blessures causées à un soldat suédois de la FINUL, touchés par des tirs israéliens en riposte à une attaque du Hezbollah, basé au Liban (voir nos dépêches du 10 janvier et du 12 janvier).

« La reprise d'activités militaires, que le Hezbollah a revendiquées en affirmant sa prétendue prérogative de résister à l'occupation israélienne de territoires libanais par la force, est préoccupante », fait remarquer le Secrétaire général dans son rapport.

« Les violations de l'espace aérien demeurent un grave sujet de préoccupations. Tant qu'Israël poursuit sa politique de survol du Liban chaque fois qu'il le juge bon, il risque de provoquer des représailles de la partie libanaise », a également ajouté le Secrétaire général.

En conséquence, le Secrétaire général recommande au Conseil de prolonger le mandat de la FINUL jusqu'au 31 juillet 2005.

Par ailleurs, il appelle l'attention sur « les contributions non acquittées au financement de la FINUL, dont le montant s'élève à 47,1 millions de dollars et lance un appel à « tous les États Membres pour qu'ils versent leurs contributions rapidement et dans leur intégralité et pour qu'ils règlent tous leurs arriérés ».

La FINUL a été établie en 1978 pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du Sud Liban et aider le Gouvernement libanais à assurer le rétablissement de son autorité effective dans la région.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.