UNICEF/HCR : éducation et soins de santé pour les enfants afghans

23 décembre 2004

Alors que l'agence de l'ONU pour l'enfance lance un programme d'éducation pour les 500 000 enfants afghans dépourvus d'écoles, le Haut Commissariat aux réfugiés apporte une aide médicale aux enfants des rues contraints de travailler dans les grandes villes.

« Fouillant les poubelles, vendant les journaux aux feux rouges, mendiant à la porte des magasins et des restaurants, des milliers d'enfants travaillent dans les rues de Kaboul parfois dans des conditions dangereuses pour gagner un peu d'argent – souvent moins d'un dollars par jour - et apporter un soutien financier à leurs familles », indique un communiqué du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) rendu public aujourd'hui.

Ils étaient environ 30 000 selon une étude réalisée il y a quelques années par une organisation non gouvernementale (ONG) afghane. « Leur nombre aurait augmenté considérablement ces dernières années dans la mesure où trois millions de réfugiés d'Iran et du Pakistan sont rentrés en Afghanistan en 2002 et que beaucoup d'entre eux ne sont pas retournés dans leurs villages d'origine mais dans les grandes villes, espérant trouver un travail », précise le communiqué du HCR

L'agence de l'ONU pour les réfugiés offre un soutien à ces enfants à travers son partenaire local afghan qui fournit des soins médicaux de base à plus de 3 000 enfants de Kaboul, ajoute le communiqué, qui précise que l'équipe médicale travaille six jours par semaine, apportant des soins dans huit districts de Kaboul. Chaque clinique traite environ 50 patients par jour.

« C'est une époque de l'année où nous traitons beaucoup de maladies liées au froid telles que la pneumonie ou d'autres infections respiratoires », explique le docteur Ahmed Samadi qui travaille dans l'une des cliniques.

« Nous encourageons toujours les parents à mettre leurs enfants à l'école. Dans les cas où les familles souffriraient du manque d'argent apporté par l'enfant, nous sommes parfois en mesure d'offrir l'équivalent de ce que l'enfant gagne mensuellement », précise-t-il.

Parallèlement,d'autres enfants afghans, ceux des campagnes, auront la chance de suivre des cours même s'ils n'ont pas d'école dans leurs villages.

En effet, « près de 50 000 enfants pourront recevoir des cours dans six provinces d'Afghanistan grâce à une nouvelle initiative lancée par le ministère de l'Education afghan en coopération avec les Nations Unies », a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) en Afghanistan, Edward Cawardine, lors d'un point presse de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Afghanistan.

« Le Fonds des Nations pour l'enfance (UNICEF), afin d'apporter une éducation aux enfants de communautés dépourvues d'écoles, a décidé d'établir dans six provinces – Kanul, Ghazni , Parwan, Herat, Farh et Badghis - un programme qui crée au total 936 classes pouvant recevoir 47 271 enfants âgés de 1 à 12 ans », a expliqué le porte parole.

« Les classes auront lieu dans des bâtiments aussi divers que des mosquées ou des maisons particulières », a précisé Edward Cawardine, ajoutant que « le programme serait uniquement consacré aux communautés qui n'ont pas d'écoles ou qui sont tout simplement trop loin de l'école la plus proche ».

Cette initiative sera bientôt étendue aux provinces de Nangarhar, Takhar et Faryab et concernera d'ici à la mi-janvier près de 500 000 enfants, a indiqué le porte-parole de l'UNICEF.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.