L'ONU poursuit son assistance en vue de l'élection présidentielle palestinienne

23 décembre 2004

A l'approche de l'élection présidentielle palestinienne annoncée pour le 9 janvier 2005, et alors que se déroulent aujourd'hui des élections municipales, l'ONU précise le rôle de son unité de liaison pour assister les travaux des observateurs internationaux avec les administrations israélienne et palestinienne. Le Coordonnateur spécial pour le Moyen-Orient informe aussi de l'isolation de la ville de Bethléem et de l'impact sur le tourisme.

L'Unité de liaison et de soutien créée par la Division de l'assistance électorale de l'ONU dans le territoire palestinien permettra de s'assurer que les groupes d'observateurs internationaux ont accès à toutes les informations administratives importantes pour travailler de façon efficace avec les autorités palestiniennes et israéliennes, informe aujourd'hui un communiqué du Bureau du Coordonnateur spécial des Nations Unies dans les territoires occupés (UNSCO).

Le Bureau avait annoncé le 9 décembre dernier l'ouverture de deux bureaux, à Ramallah, en Cisjordanie (carte) et une antenne à Gaza (voir notre dépêche du 9 décembre 2004).

Dans le cadre de la Division de l'assistance électorale, l'ONU fournit une assistance à la Commission centrale électorale palestinienne depuis 2002, par l'intermédiaire du Bureau du Coordonnateur spécial des Nations Unies dans les territoires occupés - poste occupé par Terje Roed-Larsen, dont le mandat se termine le 3 janvier 2005 - et par le Programme d'assistance au peuple palestinien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), indique le communiqué.

Grâce à ce programme, des experts de l'ONU ont pu apporter des conseils en planification stratégique, en formation pour la mise en place de l'administration électorale, notamment pour faire connaître les normes internationales en la matière.

Par ailleurs, dans un communiqué conjoint du Bureau du Coordonnateur spécial et du Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) paru le 20 décembre dernier, l'ONU faisait le point de la situation à Bethléem.

« Un nouveau rapport de l'ONU montre l'isolation et la destruction de son secteur touristique en raison des restrictions aux mouvements, des couvre-feu et de la 'barrière' édifiée par le Gouvernement israélien pour protéger ses citoyens en raison de la situation sécuritaire », indique le communiqué.

La ville est à présent entourée de 78 obstacles physiques, dont des barrages, des points de contrôle et la barrière, indique le Bureau du Coordonnateur spécial, qui précise que les restrictions de sécurité autour de la Tombe de Rachel ont conduit à la fermeture de 72 commerces palestiniens sur 80.

« Le nombre de touristes est tombé de 91 726 en 2000 à 7 249 en 2004 », précise le communiqué qui ajoute que « le manque de perspectives économiques et sociales a conduit à l'émigration de 9,3 % de la communauté chrétienne de Bethléem depuis 2000 ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.