La Somalie à l'orée de la paix avec l'investiture de son nouveau Président

La Somalie à l'orée de la paix avec l'investiture de son nouveau Président

media:entermedia_image:a3be3502-f279-45d8-9144-afa5f55ffe41
« Le processus de paix appartient aux Somaliens », a déclaré le Secrétaire général soulignant, à l'occasion de l'investiture du Président de transition de la Somalie, M. Abdullahi Yusuf Ahmed, après dix ans de guerre civile, que l'appui de la communauté internationale ne pouvait remplacer leur sérieux et leur bonne foi.

Pour un pays en proie à la violence, et dépourvu de structures de gouvernance nationales efficaces depuis plus de 10 ans, l'investiture du Colonel Abdullahi Yusuf Ahmed au poste de Président de transition de la Somalie est « un événement véritablement significatif et porteur d'espoir », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général dans un message adressé au Gouvernement fédéral transitoire.

« Je voudrais féliciter le dévouement des délégués somaliens qui ont persévéré pendant deux ans avant de parvenir à convoquer la Conférence de réconciliation nationale de la Somalie, sous les auspices de l'Autorité intergouvernmentale pour le développement (IGAD) », et de parvenir à un succès, a souligné Kofi Annan dans une déclaration prononcée par son Conseiller spécial pour l'Afrique, Mohamed Sahnoun, à Nairobi, où se déroulait la cérémonie d'investiture.

« Le processus de paix somalien est un exemple de ce que l'on peut accomplir grâce une cohésion et une vision au niveau régional », a-t-il déclaré, remerciant les anciens présidents Moi et Kibaki, qui ont permis au processus de paix de survivre.

« Il faut à présent tout faire pour maintenir l'élan acquis. Des défis considérables demeurent », a ajouté le Secrétaire général, ajoutant qu'il serait « crucial que les avancées dans le domaine politique soient accompagnées de progrès tangibles de la situation en matière de sécurité ».

« Ce processus de paix appartient au peuple somalien. Aucune partie extérieure ne peut remplacer un engagement sincère de leur part envers la réconciliation et la paix. Le soutien international ne peut être efficace que jusqu'à un certain point », a souligné Kofi Annan.

Remerciant le Président de l'ex-Gouvernement national de transition, M. Abdikassim Salad Hassan, le Secrétaire général a formulé l'espoir que le Gouvernement fédéral de transition à venir serait capable d'entamer la réconciliation et la reconstruction dans un esprit de consensus et de dialogue.

« Les Somaliens doivent montrer leur sérieux et leur bonne foi s'ils veulent rétablir la paix et la stabilité dans leur pays », a-t-il déclaré, appelant tous les Somaliens et leurs dirigeants à soutenir le nouveau Gouvernement fédéral de transition. Après près de dix ans de guerre civile, ayant notamment conduit à la sécession d'une république autoproclamée du Somaliland et d'une région autoproclamée autonome du Puntland (carte), la Somalie, qui traverse une grave crise humanitaire, a les indicateurs de développement humain parmi les plus faibles au monde.Début septembre, le Coordonnateur humanitaire de l'ONU en Somalie avait lancé un appel de fonds supplémentaire en faveur des populations touchées par la sécheresse en Somalie soit près d'un million de personnes (voir notre dépêche).