L'asile en Europe : le Haut Commissaire aux réfugiés remonte au créneau

1 octobre 2004

Le Haut Commissaire aux réfugiés a réfuté les informations impliquant le HCR dans la création de centres de demandeurs d'asile en Afrique du Nord et plaidé à nouveau auprès des ministres européens pour une gestion européenne commune de l'asile qui adopterait les normes les plus élevées possible.

S'adressant par vidéoconférence aux ministres rassemblés à Scheveningen au Pays-Bas pour une réunion informelle du Conseil européen pour la justice et les affaires intérieures, le Haut Commissaire Ruud Lubbers a réfuté les informations parues dans la presse selon laquelle le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) de l'ONU participerait à un projet financé par la Commission européenne prévoyant la création de cinq centre de réceptions de demandeurs d'asile en Afrique du Nord.

« C'est faux », a affirmé Rudd Lubbers dans un communiqué diffusé plus tard dans le journée. « Un proposition ancienne du HCR au Conseil porte sur le renforcement du système d'asile en Afrique du Nord par la promotion de la législation, la formation des fonctionnaires à la détermination du statut de réfugiés, l'aide à la création de capacité des ONG [Organisation non gouvernementales]. Il n'est pas fait mention de centres de réception de ce projet. »

Evoquant ce sujet sensible pendant la vidéoconférence, Ruud Lubbers, a indiqué que la création d'un véritable espace en Afrique du Nord destiné aux demandeurs d'asile est un objectif à long-terme [...] qui doit éviter d'être approchée de façon « eurocentrique », une approche qui aurait pour but de renvoyer les gens chez eux », indique un communiqué de l'agence publié aujourd'hui.

L'essentiel de son intervention toutefois a porté sur les recommandations du HCR en matière de droit d'asile européen qui devrait être prochainement défini pour les cinq années à venir dans le cadre du prochain programme multiannuel européen.

Le patron du HCR a exprimé son point de vue sur la question, plaidant auprès des Européens pour qu'ils ne s'alignent pas sur les normes les plus basses possibles mais qu'au contraire, ils consacrent les ressources nécessaires pour garantir aux réfugiés la qualité la plus élevée possible en matière de protection des réfugiés.

Il a à nouveau plaidé en faveur de la création d'un espace européen consacré aux réfugiés (voir à ce sujet notre dépêche du 22 janvier 2004 ) et d'un programme de réinstallation de l'Union européenne.

« Cela permettrait de trouver des solutions durables pour plus de réfugiés dans le monde mais cela permettrait également de mieux gérer les défis posés actuellement par les migrations », a défendu le Haut Commissaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.