Iraq : Kofi Annan attend l'accord du Conseil pour créer des unités de protection de la Mission de l'ONU

1 octobre 2004

Le Secrétaire général attend l'accord du Conseil pour lancer, sous réserve notamment de la situation générale en matière de sécurité en Iraq, la création d'unités de gardes en question et leur déploiement dans le pays ainsi que celui d'un système de sécurité qui viendrait en complément de la force multinationale affectée à la seule protection de l'ONU.

Dans une lettre datée du 21 septembre et rendue publique aujourd'hui, le Secrétaire général demande au Conseil de sécurité de confirmer son accord aux dispositions présentées dans son dernier rapport visant à doter la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) d'un système intégré de sécurité.

Dans ce cas, indique-t-il, « j'entreprendrai alors de constituer les unités de gardes en question et, sous réserve de la situation générale en matière de sécurité en Iraq et des dispositions logistiques, financières et connexes à prendre, de les déployer en Iraq avec les autres éléments de la structure de sécurité intégrée des Nations Unies. »

Dans cette lettre, Kofi Annan rappelle avoir indiqué dans son rapport paru en début de mois que la MANUI ne pourrait étoffer ses effectifs et intensifier ses activités en Iraq que si les Nations Unies se dotaient d'une structure de sécurité intégrée qui viendrait compléter le dispositif de protection assurée par la force multinationale.

Composée de quatre éléments : personnel de sécurité international, spécialistes de la coordination de la protection, responsables de la protection rapprochée (gardes du corps) et unités de gardes, cette structure assurerait le contrôle des accès et patrouillerait à l'intérieur des locaux de la Mission, assurerait la protection rapprochée des personnes tant à l'intérieur des locaux des Nations Unies qu'en déplacement.

Elle organiserait également la formation et coordonnerait l'organisation de la sécurité entre la MANUI et d'autres organismes des Nations Unies ainsi qu'avec la force multinationale placée sous commandement unifié qui a été autorisée par les résolutions 1511 (2003) et 1546 (2004) du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général précise toutefois dans sa lettre que « le déploiement de ces éléments dépendra de l'évaluation continue de la situation en matière de sécurité en Iraq au cours des mois à venir et du déploiement du personnel technique ».

Il sera aussi fonction de la mise en place des dispositions logistiques nécessaires, concernant notamment la sécurité des bureaux et des logements, ajoute-t-il.

Pour constituer le quatrième élément de la structure de sécurité intégrée, les unités de gardes, qui feraient partie de la MANUI et auraient pour fonction de contrôler l'accès à ses locaux et de patrouiller à l'intérieur de ceux-ci; trois unités constituées seraient nécessaires, précise le Secrétaire général.

Chacune de ces unités pourrait comprendre jusqu'à 160 policiers civils armés, paramilitaires ou militaires, qui seraient fournis par les États Membres en tant que contingents.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.