Les progrès limités de l'Assemblée ivoirienne notés avec regret par Kofi Annan

29 septembre 2004

Avec la clôture, hier, de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale, c'est un délai important fixé par l'Accord d'Accra III qui ne sera pas respecté, note aujourd'hui le Secrétaire général qui exprime dans une déclaration ses regrets à l'égard des progrès très limités enregistrés au cours de cette session.

La session extraordinaire de l'Assemblée nationale que le Président Laurent Gbagbo a convoquée, le 11 août 2004, pour examiner le projet de législation prévue par l'Accord de Linas-Marcoussis devait pourtant adopter des réformes législatives essentielles à l'avancement du processus de paix en Côte d'Ivoire, fait observer le Secrétaire général, dans une déclaration communiquée aujourd'hui par son porte-parole.

Kofi Annan y lance, une « nouvelle fois, un appel urgent à tous les dirigeants politiques et parlementaires ivoiriens pour qu'ils appliquent pleinement et dans les délais impartis toutes les dispositions de l'Accord d'Accra III afin d'assurer la normalisation de la situation et la stabilité en Côte d'Ivoire. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.