Darfour : la violence change de nature, selon Louise Arbour

21 septembre 2004

La violence semble changer de nature au Darfour, passant d'attaques de villages à des attaques individuelles, selon la mission des Droits de l'homme de l'ONU, menée par la Haut Commissaire Louise Arbour qui visite aujourd'hui la région du Sud-Darfour.

La Haut Commissaire aux Droits de l'Homme, Louise Arbour, et le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention des génocides, Juan Mendez, continuent leur mission au Darfour et se trouve aujourd'hui dans la région du Sud-Darfour, a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point avec la presse.

« Ils ont été particulièrement frappés par l'état des populations déplacées, par le sentiment de peur qui les habite, par le manque de confiance qui règne et par la méfiance à l'égard des autorités locales censées assurer leur sécurité », a rapporté José Diaz, le porte-parole de Louise Arbour, à Fred Eckhard.

Selon José Diaz, les membres de la mission ont remarqué que « la nature de la violence semblait avoir changé ». « Alors que les informations recueillies sur les attaques de villages diminuent, celles sur les violences commises à l'encontre des individus augmentent, des violences qui sont plus difficiles à documenter », explique le porte-parole.

Par ailleurs, a ajouté Fred Eckhard, le Haut Commissaire pour les Réfugiés, Ruud Lubbers, doit entamer jeudi une mission de cinq jours au Tchad et au Soudan afin d'observer les efforts réalisés sur le terrain pour protéger et assister les centaines de milliers de réfugiés et de populations civiles déplacées et affectées par cette crise.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.