R.D. du Congo : 14 civils tués en Ituri , selon la Mission de l'ONU

21 septembre 2004

Quatorze personnes ont été tuées et 91 maisons incendiées lors d'une attaque à Lengabo en Ituri, selon la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo qui a immédiatement dépêchée sur les lieux du drame 150 casques bleus.

Quatorze morts, deux blessés et 91 maisons incendiées, c'est le bilan d'une attaque survenue à Lengabo, village situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Bunia, dans la région de l'Ituri, selon un communiqué de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) publié aujourd'hui.

A deux heures ce matin, un groupe d'au moins 300 personnes a attaqué la localité de Lengabo. « Selon de nombreux témoignages concordants, les assaillants seraient des Ngiti (des Lendus du Sud) venus de la localité de Medu, à une vingtaine de kilomètres de Lengabo(carte). « Armés de mitraillettes et de machettes, les assaillants se sont divisés en trois groupes et ont fondu sur Lengabo, où vivent près de 4 000 habitants de la communauté Bira », relate le communiqué.

La directrice de la MONUC en Ituri, Dominique MacAdams, s'est déclarée « choquée » par ce drame « qui rappelle les sinistres événements qui se sont déroulés l'année dernière en Ituri ».

« Il est absolument inadmissible que malgré la présence de la communauté internationale, le lancement du programme de désarmement en Ituri et la préparation des élections en RDC, certains se croient encore permis de continuer l'oeuvre de déshumanisation dont l'Ituri a été récemment victime » a-t-elle ajouté.

D'après les premiers éléments de l'enquête, « certaines victimes ont été exécutées à la mitraillette avant que leurs maisons ne soient incendiées et certaines d'entre elles « portent des marques de profondes entailles, indiquant que les attaquants ont également utilisé des machettes » ajoute le communiqué.

Une compagnie de 150 casques bleus de la Brigade de la MONUC en Ituri a été immédiatement dépêchée sur les lieux. Une mission multidisciplinaire du Bureau de la MONUC et des officiers de la Police nationale congolaise se sont également rendus sur place tandis que plusieurs dizaines de rescapés de Lengabo, principalement des femmes et des enfants, se dirigeaient vers Bunia.

Les causes de cette attaque restent encore indéterminées. « Ni la MONUC, ni la justice congolaise ne resteront les bras croisés. Sitôt l'enquête terminée et les responsabilités établies, la MONUC et les autorités congolaises prendront les mesures qui s'imposent », a déclaré Dominique MacAdams.

Cette attaque intervient au moment où tous les groupes armés de l'Ituri viennent de déposer les listes de leurs combattants déclarés volontaires au programme de Désarmement et Réinsertion Communautaire, à l'exception du Front de Résistance Patriotique pour l'Ituri. Le FRPI contrôle la communauté Ngiti qui est accusée par les rescapés d'être responsable de ce massacre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.