Le Groupe de contrôle de l'embargo sur les armes en Somalie rétabli pour six mois

Le Groupe de contrôle de l'embargo sur les armes en Somalie rétabli pour six mois

media:entermedia_image:7ea77adf-a4be-4300-a861-7c399631863c
Adoptée à l'unanimité ce matin, la résolution 1558 du Conseil de sécurité rétablit le Groupe de contrôle de l'embargo sur les armes en Somalie et lui demande de continuer à alimenter le projet de liste de ceux qui continuent à violer cet embargo en vue d'éventuelles mesures que le Conseil se réserve de prendre au moment qu'il jugera opportun.

Dans une résolution adoptée ce matin, le Conseil de sécurité prie le Secrétaire général de rétablir, dans les trente jours qui viennent et pour une période de six mois, en consultation avec le Comité établi pour assurer le suivi de l'embargo sur les armes auquel est soumis la Somalie, le groupe d'experts chargé de vérifier l'application de cet embargo.

Il charge notamment ce groupe « de continuer d'affiner et d'actualiser les renseignements concernant le projet de liste de ceux qui continuent à violer l'embargo sur les armes en Somalie et en dehors de la Somalie ainsi que de ceux qui les soutiennent directement, en vue d'éventuelles mesures que le Conseil prendrait, et de soumettre ces renseignements au Comité, selon les modalités et au moment que le Comité jugera opportuns. »

Dans une déclaration du 14 juillet dernier, le Conseil de sécurité condamnait ceux qui font obstacle au processus de paix et se disait préoccupé par les livraisons d'armes et de munitions qui se poursuivent à destination de la Somalie.

Tout en saluant les efforts du Groupe de contrôle créé en application de sa résolution 1519 du 16 décembre 2003, il demandait instamment aux États et aux entités concernés de respecter scrupuleusement l'embargo sur les armes et de coopérer avec ce Groupe.

Le rapport des experts du Groupe de contrôle, établi à la suite d'enquêtes effectuées dans le pays et la région, insistait sur le fait qu'au stade critique où se trouvait la Conférence de réconciliation nationale en Somalie, la dernière phase qui devrait déboucher sur la mise en place d'un gouvernement de transition, il était impératif d'assurer la continuité du Groupe de contrôle de façon à dissuader les violations potentielles de l'embargo pendant la Conférence et de s'efforcer d'empêcher les groupes d'opposition de déstabiliser le gouvernement de transition s'il voit le jour ou de limiter le plus possible la violence qui risque d'éclater dans le cas inverse.

Les experts recommandaient par ailleurs d'assurer la confidentialité du projet de liste.

Dans son dernier rapport sur la question somalienne, le Secrétaire général exprimait, quant à lui, l'espoir que la cohésion renouvelée des Ministres des affaires étrangères de l'Autorité intergouvernementale, qui assure la médiation des négociations de paix de la Conférence sur la réconciliation nationale en Somalie, et qui se trouve depuis plusieurs mois dans une impasse grave, permette de parvenir à un résultat acceptable.

---