Déploiement des forces de l'ONU à la frontière Burundi-R.D. du Congo

Déploiement des forces de l'ONU à la frontière Burundi-R.D. du Congo

media:entermedia_image:65b5d597-0759-4691-9ba6-ea2a34e9d257
Alors que l'agence de l'ONU pour les réfugiés s'active à lancer les travaux du nouveau camp de réfugiés que vient d'autoriser les autorités burundaises, elle signale également que les troupes de l'ONU se sont déployées à la frontière où la situation est très tendue.

Le nouveau camp où vont être transférés les réfugiés en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) se trouvera à Giharo, dans la province de Rutana dans le Sud-est du pays, à 120 Km de la capitale burundaise de Bujumbura (carte), indique aujourd'hui un communiqué du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Dès hier, l'agence avait obtenu du gouvernement du Burundi l'autorisation d'ouvrir un camp plus éloigné de la frontière que ne l'était celui de Gatumba et que ne le sont encore deux autres centres de transit.

Les réfugiés qui s'y trouvent seront transférés à Giharo dès que l'équipement de base sera prêt, a indiqué aujourd'hui la porte-parole du HCR à Genève, Jennifer Pagonis, qui a affirmé que les travaux allaient commencer rapidement.

Parallèlement, le HCR indique que les troupes de maintien de la paix de l'ONU, opérant des deux côtés de la frontière entre le Burundi et République démocratique du Congo (RDC), avaient pris des mesures de sécurité renforcées et qu'elles s'étaient également déployées dans la province de Cibitoke au Nord du Burundi où 17 660 Congolais ont trouvé refuge après qu'une rébellion a éclaté dans la province du Sud-Kivu en RDC.

Ces mesures font suite aux informations collectées par une mission de l'ONU envoyée lundi à Cibitoke, qui n'exclut pas la possibilité de nouvelles violences ethniques et d'opérations de représailles.

Zobida Hassim-Ashagrie, qui dirige le Bureau Afrique du HCR, basé à Genève, est arrivée aujourd'hui au Burundi, porteuse d'un message de Ruud Lubbers au Président Ndayizeye, dans lequel le Haut Commissaire réaffirme que l'agence est prête à travailler avec le gouvernement de façon à assurer la protection des réfugiés.

Mme Hassim-Ashagrie doit également discuter avec les responsables burundais du transfert des Congolais nouvellement arrivés à destination d'un lieu sûr et des mesures à prendre en matière de sécurité pour ceux qui se trouvent actuellement hébergés dans des centres de transit.

---