Des pays en développement parmi les premiers investisseurs internationaux

Des pays en développement parmi les premiers investisseurs internationaux

media:entermedia_image:f21ad2fd-da02-4356-9737-311ddd0d8f5d
Constatant une croissance plus rapide de l'investissement direct étranger (IDE) en provenance des pays en développement que des pays développés ces 15 dernières années, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) prévoit le maintien de cette tendance qui est en train dessiner une « nouvelle géographie de l'investissement ».

« Les flux annuels d'investissement direct étranger (IDE) en provenance des pays en développement ont augmenté plus vite au cours des 15 dernières années que ceux des pays développés », indique un communiqué de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) paru aujourd'hui.

« Négligeable jusqu'au début des années 90, l'IDE en provenance des pays en développement représentait 1/10ème des capitaux mondiaux et près de 6% des flux mondiaux en 2003 (0,9 milliards et 36 milliards de dollars respectivement) », précise la CNUCED.

L'IDE entre pays en développement semble également croître plus vite que celui des pays en développement vers les pays développés, souligne l'agence de l'ONU pour le commerce et le développement, qui indique que certaines sociétés de pays en développement tels que la Malaisie, la République de Corée et Singapour avaient déjà fait leurs preuves en tant qu'investisseurs étrangers.

Ce mouvement a été suivi par le Chili, le Mexique et l'Afrique du Sud, et plus récemment par le Brésil, la Chine et l'Inde, précise le communiqué.

« Certaines économies en développement sont maintenant des investisseurs importants à l'échelle internationale. En 2003, par exemple, Hongkong et la Chine avaient un volume d'IDE plus important que la Suède, et leurs sociétés multinationales font maintenant partie des plus importantes au niveau mondial, aux côtés de sociétés de Singapour, de la République de Corée, du Mexique et de l'Afrique du Sud », indique la CNUCED.

« En formation brute de capital fixe, les économies de Singapour, de Hongkong, de la Chine, de la Province de Taiwan et du Chili dépassent celle de l'Allemagne, du Japon et des Etats-Unis », souligne l'agence, qui précise qu'en termes relatifs, certains pays en développement figurent déjà parmi les investisseurs mondiaux les plus importants.

Toutes les régions ne suivent pas ce mouvement, précise toutefois la CNUCED, l'Asie (23,6 milliards de dollars en 2003) se trouvant en tête, suivie de l'Amérique du Sud, tandis que les Caraïbes stagnent (10,7 milliards pour la région Amérique latine - Caraïbes) et que l'Afrique, malgré un rebond depuis 2002, reste à un niveau très bas (1,3 milliards de dollars).

Toutefois, prévoit la CNUCED, « la part des pays en développement dans l'IDE augmentera sans doute à mesure que les sociétés des pays en développement deviendront plus compétitives et que leurs gouvernements permettront ou encourageront l'IDE extérieur, renforçant ainsi « la nouvelle géographie émergente de l'investissement ».

---