FAO : les Pays-Bas affectent 20 millions d'euros au développement des pays les plus pauvres

28 juillet 2004

Les Pays-Bas vont octroyer 20 millions d'euros au Programme de partenariat conclu avec l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture qui a pour objectif d'aider les pays pauvres à élaborer des stratégies de développement axées sur trois priorités: la sécurité alimentaire, la biodiversité agricole et la foresterie.

Cette assistance est destinée spécifiquement aux pays les plus pauvres, ceux que la Banque mondiale considère comme éligibles aux prêts de l'Association pour le développement international, indique un communiqué de Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié aujourd'hui.

Le partenariat FAO/Pays-Bas (PPFPB), lancé en mai 2001, est un nouvelle formule proposée par la FAO qui ne lie pas le pays donateur à des projets particuliers ou à des départements spécifiques de l'Organisation. En revanche, le pays appuie un plus large éventail d'activités sur la base d'objectifs communs, en étroite collaboration avec les différentes unités de la FAO.

"Ce partenariat avec les Pays-Bas nous permet de nous concentrer sur les pays qui ont le plus besoin de notre aide, en mobilisant l'expertise de la FAO d'une manière pertinente et ciblée", explique Henri Carsalade, Sous-directeur général au Département de la coopération technique de la FAO.

Ces dernières années, les activités de la FAO à travers ce partenariat vont du développement d'une politique forestière coordonnée pour les pays d'Afrique centrale à l'assistance technique pour les programmes de réduction de la pauvreté dans l'Etat de l'Orissa (Inde), à des études menées en Ethiopie sur l'amélioration de l'approvisionnement en semences.

Selon Ewald Wermuth, Ambassadeur des Pays-Bas auprès de la FAO, son pays et la FAO veulent constater des résultats tangibles dans les pays où ils travaillent ensemble.

"L'extension du PPFPB a pour but d'aider la FAO à renforcer l'impact de son action au niveau des pays, particulièrement en apportant aux gouvernements plus de soutien dans l'élaboration des politiques", a souligné M. Wermuth.

"Grâce à ce partenariat, la FAO peut utiliser les outils, la connaissance et l'expertise dont elle dispose et les combiner de manière pertinente afin d'amorcer un changement politique au niveau national", a souligné, de son côté, M. Carsalade.

A travers l'accord signé aujourd'hui, la FAO va chercher, au cours des quatre années à venir, à améliorer la capacité d'évaluation des pays en développement dans le domaine de la sécurité alimentaire et des besoins alimentaires en cas d'urgence. Son but est aussi de promouvoir l'inclusion de la sécurité alimentaire dans les stratégies de réduction de la pauvreté.

L'accord vise également à stimuler l'adaptation des plans nationaux de manière à favoriser les petits paysans et les communautés rurales dans le contexte de mondialisation de l'agriculture. Il encourage une utilisation plus efficace des ressources forestières ainsi qu'une meilleure gestion de la biodiversité agricole au niveau local et sa prise en compte dans les politiques nationales.

Le PPFPB a été le premier programme de partenariat stratégique mis en place par la FAO. Depuis, des partenariats similaires ont été mis en oeuvre avec le Canada, la Norvège et la Suède.

A ce jour, le montant total du financement du PPFPB alloué à la FAO par les Pays-Bas s'élève à environ 35 millions d'euros. Cet appui, qui vient en sus de la contribution régulière des Pays-Bas au budget de fonctionnement de la FAO, permettra de soutenir le travail du PPFPB jusqu'en 2007.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.