Un groupe autochtone Wayuu fuit les massacres en Colombie

21 mai 2004

L'agence de l'ONU pour les réfugiés signale que des centaines de membres de la communauté autochtone Wayuu se sont réfugiés au Venezuela pour échapper aux massacres commis par les groupes armés illégaux en Colombie.

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a envoyé une mission d'évaluation dans l'état frontalier de Zulia au Venezuela qui a enregistré la présence de 306 Wayuu et a été informée par les chefs autochtones que le nombre total de ceux qui se sont enfuis pouvait atteindre 500 personnes.

« Il est toutefois difficile d'établir un décompte exact de ceux qui ont fui, certains ayant trouvé refuge auprès de membres de leur famille et d'autres ne souhaitant pas être identifiés », a indiqué aujourd'hui à Genève le porte-parole du HCR, Kris Janowski qui a précisé que ceux rencontrés au Venezuela étaient principalement des femmes et des enfants.

Les Wayuu ont fui leur région natale de Bahia Portete en Colombie, au cours des dernières semaines, en raison d'attaques menées par des groupes armés illégaux au cours desquelles au moins 30 personnes ont été tuées et 60 autres ont disparu.

Etant donné leur fort attachement à leur territoire d'origine, environ 40% des réfugiés ont exprimé le désir de rentrer chez eux mais la précarité de la situation rend leur retour immédiat inenvisageable, a indiqué Kris Janowski.

Le HCR travaille actuellement ave l'UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour l'enfance), la Croix Rouge, d'autres organisations non gouvernementales et les autorités vénézuéliennes pour acheminer des secours à ces nouvelles victimes du conflit colombien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.