Timor-Leste : la Mission de l'ONU transfère ses pouvoirs de police et de défense aux autorités nationales

19 mai 2004

La Mission de l'ONU au Timor-Leste (MANUTO) a transféré aujourd'hui tous ses pouvoirs de police et de défense au Gouvernement timorais, indique un communiqué de la Mission dont le mandat actuel prend fin à minuit.

« C'est un événement historique et une étape importante dans l'histoire du Timor-Leste en tant qu'Etat souverain indépendant », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général, Kamalesh Sharma, suite à la signature officielle du transfert des pouvoirs.

A cette occasion, Sandra Peisley, représentant l'agence de l'ONU pour la police et Paulo Martins, représentant la police timoraise (PNTL) ont signé le document établissant le transfert des pouvoirs à la police, tandis que Kamalesh Sharma, Xanana Gusmao, le Président du Timor-Leste, et Mari Alkatiri, le Premier Ministre, signaient le document relatif à l'autorité en matière de défense, indique le communiqué paru aujourd'hui.

Les forces de police de l'ONU et les forces de maintien de la paix, présentes au Timor-Leste depuis octobre 1999, à l'origine sous le nom de Force internationale au Timor oriental (INTERFET), puis d'Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental (ATNUTO) et enfin de MANUTO (Mission d'appui des Nations Unies au Timor oriental) ont « non seulement exercé avec succès leur mission de maintien de la paix et de sécurité, mais également formé et éduqué les forces de police et de défense du Timor-Leste » a déclaré l'ambassadeur Sharma, ajoutant qu'elles avaient établi un « environnement permettant aux dirigeants et à la population du Timor-Leste de se concentrer sur le développement économique et social ».

Il a cependant prévenu que, dans tous les pays, il fallait « du temps pour former des forces réellement professionnelles, efficaces, responsables et réactives ».

Le 14 mai dernier, la MANUTO s'est vue reconduite sous une forme réduite par le Conseil de sécurité jusqu'en mai 2005. Cette décision, qui prévoit un suivi intérimaire dans six mois, a notamment pour objet de lui permettre de poursuivre sa supervision du renforcement des forces de police, de l'administration et du système judiciaire du pays.

Le Premier ministre, Mari Alkatiri, a remercié les forces de police et de maintien de la paix de l'ONU pour leur travail, et plaidé pour que la police timoraise développe « une capacité de résistance » aux pressions psychologiques. « La police timoraise ne devrait utiliser les armes qu'en dernier ressort », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Président Gusmao a exprimé sa profonde gratitude aux forces de l'ONU « pour avoir contribué à créer une culture de paix ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.