La Monuc salue la mise en place d'une commission d'enquête sur les événements de Kinshasa

31 mars 2004

La Mission de l'ONU en République Démocratique du Congo (RDC), tout en multipliant les patrouilles à Kinshasa, salue la mise en place d'une commission d'enquête chargée de faire la lumière sur les événements survenus le 28 mars dernier dans la capitale congolaise.

La Force neutre de la MONUC, la Mission des Nations Unies en RDC, a renforcé ses patrouilles dans des points clés de la ville afin d'éviter tout débordement et pillages ; les patrouilles ont été multipliées entre l'aéroport de Ndjili et le centre ville ainsi que dans d'autres quartiers de la capitale, a indiqué le porte-parole militaire, le commandant Abou Thiam, explicitant la participation de la MONUC à la sécurisation de la ville, lors du point de presse hebdomadaire de la Mission.

Auparavant, le porte-parole de la MONUC, Hamadoun Toure, avait indiqué que cette implication de la Mission avait pour but d'éviter des débordements suite aux attaques de certains endroits de la capitale congolaise.

La Monuc vient également d'atteindre son objectif visant à rapatrier 10.000 ex-combattants d'ici au 30 avril 2004. Le chef de la division Désarmement-réinsertion de la Monuc, Peter Swarbrick, a indiqué à la presse qu'à la date du 31 mars, 10.468 ex-combattants et leurs dépendants avaient quitté la RDC. Ce nombre inclut 6768 Rwandais, 507 Ougandais et 3700 Burundais.

M. Swarbrick estime qu'entre 8 à 10.000 ex-combattants, dont la majorité est constituée d'éléments rwandais, se trouvent encore en RDC. Il a rappelé que les gouvernements rwandais et congolais s'étaient engagés, en novembre 2003, à régler la question de la présence des ex-combattants rwandais en douze mois.

Le chef de la division des Affaires humanitaires de la MONUC, Mme Nancy Bright, a annoncé le lancement par la Mission, le 2 avril prochain, d'une barge médicale qui naviguera le long du fleuve, dans le but « d'évaluer la situation sanitaire des populations riveraines vivant dans un état de précarité et n'ayant pas accès aux services de santé de base.''

Il s'agit, a-t-elle précisé, d'identifier les problèmes de santé dans les zones fluviales de la région, notamment à Ingende, Wema, Bokungu, Mondombe, Kwamouth et Yumbi. L'équipe, composée de personnel de la MONUC, de l'OMS du ministère de la Santé, d'OCHA (le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU) et de l'organisation non gouvernementale, Caritas, apportera une assistance humanitaire évaluée à quatre tonnes de médicaments et matériels divers, fournis par l'OMS, L'UNICEF et l'OCHA.

Un dernier hommage a été rendu également aujourd'hui au quartier général de la MONUC à deux militaires de la Mission le soldat sud-africain, Mothapo Alpheus Seakalala, tué le 30 mars par des inconnus armés à Kavumu, à 30 km au nord de Bukavu et le Caporal uruguayen Anibal Dos Santos, décédé le 19 mars à Uvira des suites d'un accident de circulation indique par ailleurs la MONUC.

Le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la République Démocratique du Congo, M. William Lacy Swing, a rappelé que 27 militaires de la MONUC sont morts depuis le début de la Mission en 1999. « Les agents de maintien de la paix que nous honorons, de culture et de cursus différents, sont venus de divers horizons pour dire non à la guerre et pour remplir une seule mission : la restauration de la paix, avec comme armes la négociation, la diplomatie et, en cas d'échec, tous les moyens nécessaires pour protéger les populations civiles », a-t-il dit.

M. Swing a appelé le personnel civil et militaire à reprendre courage, à garder la foi, à espérer en dépit de tout et à renforcer l'esprit d'équipe. « Ce triste moment doit être une opportunité de nous rappeler les raisons de notre présence en RDC et de nous souvenir des 3 millions de Congolais morts, des millions de déplacés », a ajouté le Chef de la MONUC.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.