Retours spontanés de réfugiés libériens dans leur pays, signale le HCR

26 mars 2004

L'agence de l'ONU pour les réfugiés signale que les réfugiés en provenance de Sierra Leone et de Guinée reviennent en grand nombre dans leur pays. L'agence y voit le signe d'une confiance croissante dans le processus de paix et prévoit d'aider 320 000 Libériens provenant des pays de la région à revenir chez eux cette année.

L'aspect préoccupant est que ces retours spontanés font souvent de ces réfugiés des personnes déplacées dans leur propre pays en raison de conditions de sécurité insuffisantes dans certains secteurs, a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) à Genève, Kris Janowski.

Le HCR a donc mis en place des structures d'accueil des réfugiés en provenance de Sierra Leone, un centre de transit a été établi récemment à Perry Town tandis que d'autres réfugiés sont hébergés dans les camps de personnes déplacées qui se trouvent aux abords de la capitale Monrovia. Au total, ce sont 5 000 réfugiés en provenance de Sierra Leone qui se trouvent à Perry town et dans ces camps, en particulier celui de Seigbeb.

Par l'intermédiaire d'un réseau de partenaires, nous continuons d'enregistrer des retours spontanés dans d'autres secteurs, a également précisé Kris Janowski. Selon des estimations approximatives, il s'est produit 10 000 retours dans le comté de Grand Cape Mount près de la frontière avec la Sierre Leone, 11 500 à Bong dans la région frontalière proche de la Guinée.

Un rassemblement de 35 000 personnes composé à la fois de réfugiés et de personnes déplacées se trouvent dans le comté de Lofa dans le Nord du pays et ont reçu du Comité international de la Croix-rouge de la nourriture, des outils agricoles et des semences, a-t-il indiqué.

“Nous nous attendons à ce que les retours s'intensifient dans les mois à venir et se poursuivent à des niveaux élevés en début d'année prochaine dans la période qui précède les élections présidentielles prévues en 2005.

Le défi actuel est de s'assurer que les conditions sur le terrain se sont suffisamment améliorées pour qu'ils puissent reprendre une vie normale et productive, a indiqué le porte-parole”

Au total le HCR établit pour 2004 des plans d'aide au retour et à la réintégration de quelque 320 000 réfugiés libériens en provenance de la région et de 300 000 personnes qui se trouvent actuellement dans des camps. Tout cela dépend du complet déploiement de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), precise toutefois Kris Janowski.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.